Les Abrets pendant la guerre de 1914-1918

Le village à la veille de la guerre

 

La mobilisation

Les hommes mobilisés

Pendant la guerre

L'acceuil des réfugiés

Témoignage de Malou
Mon père, né en 1914, a fait partie de ces réfugiés avec sa mère , ses 4 frères et soeurs et quelques autres membres de sa famille; mon grand-père, malgré ses 36 ans et ses 5 enfants a été mobilisé dès le 3 août 1914.

Ils ont quitté leur village de Sailly-en-Ostrevent (entre Arras et Douai), en convoi et par le train je suppose , pour se retrouver en Belgique, à Gesves, une commune située dans le Namurois; j'ignore la date de départ de cet exode ainsi que la durée du séjour en Belgique mais je crois que c'était le temps d'une mise en quarantaine.

Mon père, qui devait avoir 2 ans, a été soigné par un médecin allemand: tombé dans l'eau glaciale d'un lavoir, et sauvé de la noyade par son grand frère Joseph, il avait contracté une pneumonie.

La famille a été ensuite dirigée en convoi, via l'Allemagne, vers la Suisse où la Croix Rouge de Genève les a pris en charge; et ils se sont retrouvés en Isère dans un bourg dénommé Les Abrets; mes oncles et tantes ont été scolarisés à l'école du village et, d'après leurs souvenirs, l'accueil n'a pas été des plus chaleureux; les enfants se sont parfois affrontés dans les rues du village et il y a eu quelques jets de cailloux!

Le livret militaire de mon grand-père indique qu'il a été "renvoyé dans ses foyers" le 18 octobre 1919 et qu'il s'est retiré aux Abrets.
Lorsque la famille est revenue dans son village du Pas-de-Calais, il avait été complétement rasé; ils ont vécu dans les logements provisoires appelés "demi-lune" en attendant la reconstruction de leur maison .

source :
http://www.histoires-de-chtis.com/index-news-24594-les-refugies-de-la-guerre-1914-1918.php
 
 

Le retour



Ils ne sont pas revenus



L'après-guerre

Bibliographie
 



Créer un site
Créer un site