Aout 1914
2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31

 
1397 isèrois perdront
la vie au cours du mois d'août 14

les pertes du département mois par mois
 

Dimanche, 2 aout 1914 Lundi, 3 aout. - 



Mardi, 4 aout. - 



Avis publié dans la presse  « Le Journal de Vienne » du 5 aout 1914.
  • L'Ambassadeur d'Allemagne a réclamé ses passeports et a quitté la France en déclarant la Guerre
  • Les Allemands ont fusillé M. Samain président du Souvenir Français en Alsace.
  • Un croiseur Allemand a lancé quelques obus sur Bône et Philippeville, les dégâts sont peu importants.
  • La Chambre des Communes Anglaise a garanti sa flotte à la France contre la flotte allemande.
  • Le curé de Moineville a été fusillé par des soldats allemands.
  • En Russie la mobilisation s'opère sur tout le territoire de l'Empire avec un ordre parfait et un merveilleux élan de patriotisme.
  • L'armée Allemande a violé la neutralité du territoire Hollandais et Belge.

Jeudi, 6 août.—Le ministère de la Guerre communique la nouvelle qu'à Morfontaine, près Longwy, les Allemands ont fusillé deux enfants de quinze ans qui auraient prévenu les gendarmes français de l'arrivée de l'ennemi. Engagements à Nomény, à Lauw, entre des patrouilles.

Belgique.—Le roi Albert prend le commandement en chef de l'armée. Il adresse à ses soldats une proclamation: «Vous triompherez, dit-il, car vous êtes la force mise au service du droit.»

La bataille devant Liége continue avec acharnement. Tous les forts tiennent bon.

40.000 Belges sont aux prises avec toute une armée allemande, la troisième, composée des 7e, 9e et 10e corps, sous le commandement du général von Emmich et forte de 120.000 hommes, et lui résistent avec une magnifique vigueur.

Deux officiers et six soldats allemands pénètrent dans Liége dans le but de tuer le général Leman, gouverneur de la place; il échappe à cette tentative.

Grande-Bretagne.—Le gouvernement britannique publie un Livre bleu contenant des révélations sensationnelles sur les projets de l'Allemagne et sur ses efforts pour empêcher l'intervention anglaise: «Proposition infâme», dira plus tard M. Asquith, premier ministre.

Le contre-torpilleur Lance détruit un bateau allemand poseur de torpilles, le Königin-Luise.

Russie.—La flotte allemande bombarde Sveaborg, vieille forteresse au large de la côte finlandaise, et occupe les îles d'Aland.

Une dépêche de Saint-Pétersbourg annonce que, la veille, samedi, le tsar a fait appeler l'ambassadeur de France et l'a embrassé en lui disant: «J'embrasse en votre personne votre chère et glorieuse patrie.»

Le grand-duc Nicolas, commandant en chef des armées russes, télégraphie au général Joffre, généralissime français, l'assurance de sa foi absolue dans la victoire et de son attachement.

Autriche.—Une dépêche de Vienne annonce que la veille, 5 août, l'ambassadeur d'Autriche-Hongrie à Saint-Pétersbourg a, d'ordre de son gouvernement, notifié à M. Sazonof, ministre des Affaires étrangères du tsar, l'état de guerre entre les deux pays.

La Serbie rappelle son ministre à Berlin.
 

Départ de Grenoble - à 3h, où allons-nous - nous sommes logés dans des wagons à bestiaux - quel enthousiasme, tout le long de la route des fleurs, du tabac et du vin sont distribués.
Notes d'AILLOUD
  • Aimé Gaston Joseph CHOSSUT-PERRET, medecin de la classe 1907, né à Moirans (38) le 7 février 1887. Il meurt sur le vapeur "Le Medjerda" en mer.

Situations du 7e C.A. les 6, 7 et 8 août 1914  

Vendredi, 7 août.—Le président de la République signe un décret conférant à la ville de Liége la croix de chevalier de la Légion d'honneur.

Nos troupes qui, jusqu'au jour de la déclaration de guerre se tenaient à 8 kilomètres de la frontière, couvrent cette zone, occupant Vic et Moyen-Vic.

Belgique.—Les Allemands demandent un armistice pour relever leurs morts et leurs blessés devant Liége.

Grande-Bretagne.—Le petit croiseur Amphion coule sur une torpille flottante.

Lord Kitchener est nommé ministre de la Guerre.

Russie.—L'avant-garde russe franchit la frontière de la Pologne prussienne.

L'ambassadeur de Russie quitte Vienne. On refuse de lui permettre de rentrer directement en Russie.

Les hostilités ont commencé aussi à la frontière austro-russe.

Grande-Bretagne.—Dans la nuit commence, sur la côte de Belgique et la côte de France, le débarquement des troupes britanniques.

Sur Mer.—Les deux croiseurs allemands qui sont dans la Méditerranée, le Goeben et le Breslau, après avoir charbonné à Messine, reprennent la mer dans la soirée, vers le Sud, puis à l'Est.

On dit qu'un combat se serait engagé entre le croiseur russe Askold et le croiseur allemand Emden, au large de Weï Haï Weï (Chine). Tous deux auraient coulé.

Montenegro.—Une batterie monténégrine, établie sur le mont Lovcen, qui domine les bouches de Cattaro, bombarde cette ville depuis la veille.

 

Quelle nuit, le train est cahoté, il est passé à Besançon sans s'arrêter, Clerval, Boujancourt, Héricourt, enfin nous entrons dans Belfort mais on ne s'y arrête pas - midi, nous voyons le passage de deux trains chargés de femmes et d'enfants rentrants en France - _ _ des boeufs réquisitionnés - Lure, Luxeuil-les-Bains - à Aillevillers-et-Lyaumont, nous assistons au passage du 99ème.
Notes d'AILLOUD
 
Lettre de Pierre Barbalat au 54e BCA à ses parents, postée de Saint-Michel-de-Maurienne. Arrivé en Savoie le 7 août, Pierre donne des informations sur l'effectif de sa compagnie et évoque le casernement, l'attente et la peur du départ pour le front « quand même il ne faut pas être froussard ».

Situations du 7e C.A. les 6, 7 et 8 août 1914  


Samedi, 8 août.Le ministère de la Guerre communique à 11 heures la note suivante: «Un combat très vif et très brillant a eu lieu à Altkirch. Nos troupes ont eu l'avantage et progressent dans la direction de Mulhouse. Il est même possible qu'elles y soient arrivées à l'heure qu'il est.»

Une dépêche Havas ajoute: «Dans leur joie de voir arriver les troupes françaises, les Alsaciens-Lorrains ont arraché tous les poteaux frontières.»

Le communiqué de 23 heures 30 confirme l'occupation de Mulhouse. Altkirch a été occupée vendredi à la tombée de la nuit. Mulhouse samedi à 17 heures.

Les Allemands se retirent sur Neuf-Brisach. Situation des armées adverses le 8 août.

Le soir, nos troupes s'emparent des cols du Bonhomme et de Sainte-Marie-aux-Mines (Alsace) après un violent combat. Situations du 7e C.A. les 6, 7 et 8 août 1914  

Belgique.—L'armistice demandé par les Allemands est refusé.

Serbie.—Les avant-gardes serbes ont franchi la frontière de Bosnie.

Montenegro.Deux croiseurs autrichiens bombardent Antivari.

Nous sommes revenus coucher à Bruyère (caserne d'artillerie - le réveil ce matin est à 4h pour Lépanges-sur-Vologne - nous prenons deux litres de vin - à 9h15, arrive un escadron de hussards - {j'ai vu Annequin - nous avons cantonnés à Lépanges à 14 kms de la frontière - j'ai vu passer un aéroplane venant de de la frontière.
Notes d'AILLOUD
 

Dimanche, 9 août.—Informé qu'une partie des troupes autrichiennes sont dirigées vers la frontière française, le gouvernement français exprime à l'ambassadeur d'Autriche-Hongrie, toujours à son poste, le désir d'être fixé sur les intentions de la double monarchie.

Nos troupes tiennent toujours Cernay, Mulhouse. Altkirch, ayant devant elles la lisière de la forêt de Hart qui paraît sérieusement aménagée en vue d'une défense.

Situations du 7e C.A. le 9 août vers midi.

Un télégramme du gouverneur général de l'Afrique occidentale française rend compte que la garnison du Grand Popo (Dahomey), avec la collaboration d'un croiseur anglais, vient d'assurer la prise de possession de la colonie allemande du Togoland.

Le Journal officiel publie la déclaration de neutralité des Pays-Bas, du Danemark, de la Confédération helvétique, de la Suède.

Dans les Vosges, le combat a repris, le matin, aux cols de Sainte-Marie et du Bonhomme.

Belgique.—De toutes parts arrivent les nouvelles des excès sans nom commis par les Allemands dans la région qu'ils occupent, entre Liége et Verviers.

La cavalerie française a couvert de patrouilles toute la région de l'Eifel. Elle a trouvé le contact de l'infanterie allemande sur l'Ourthe et au sud de Neufchâteau.

Les Allemands ont pu faire passer un certain nombre d'escadrons dans la région de Tongres, au nord de Liége.

Russie.—Le tsar reçoit au Palais d'Hiver en audience solennelle en présence du général en chef le grand-duc Nicolas, et des ministres, les membres du Conseil de l'Empire et de la Douma.

La Douma et le Conseil d'Empire votent d'enthousiasme tous les projets de loi déposés par le gouvernement en vue de la guerre.

Serbie.—Les troupes serbes sont arrivées à 60 kilomètres environ de Sarajevo. Toute la vallée de la Drina inférieure est entre les mains des Serbes.

Italie.—Le comte d'Avarna, ambassadeur d'Italie à Vienne, qui était venu faire auprès du cabinet de Rome une suprême tentative pour entraîner l'Italie dans la guerre, repart, sa mission ayant échoué.
 


A 11 heures, messe à laquelle assiste presque tout le bataillon. Repos le soir.
Une proclamation annonce que nos troupes sont bien effectivement à Mulhouse.
Vu passer des autobus de Paris, transformés en garde-manger et pleins de viande.
Notes de Jean Breton
 

Lundi, 10 août.—En présence des explications insuffisantes fournies par l'ambassadeur d'Autriche à Paris, M. Dumaine, ambassadeur de la République à Vienne, est rappelé. Le comte Szecsen demande ses passeports. Un train spécial l'emmène vers I'Italie.

Les troupes du 19e corps d'armée, amenées d'Algérie sous la protection de notre escadre, ont débarqué et sont dirigées vers l'Est.

Belgique.—Liége est investie. Les forts demeurent intacts. La ville est occupée par les Allemands qui retiennent comme otages les notables, notamment l'évêque et le bourgmestre.

La cavalerie allemande a commencé l'exploration méthodique de la région de l'Hesbaye, grande plaine ondulée entre Liége et Bruxelles où semble se préparer une grande bataille. 10.000 cavaliers opèrent, suivis de détachements d'infanterie.

On annonce officiellement à l'armée belge que les pertes allemandes autour de Liége s'élèvent à 2.000 morts, 20.000 blessés, plus 9.700 prisonniers.

MONTENEGRO.—Les troupes monténégrines ont réoccupé la forteresse de Taraboch qui domine Scutari, et, en Herzégovine, plusieurs forts autrichiens

 
Partis de Deycimont à 4 h. 15 pour Corcieux, à 12 kilomètres de la frontière. Grande chaleur.
Un combat a eu lieu hier au col du Bonhomme.
Entendu de bien lointains coups de canon.
Pris la garde en arrivant. Consigne d'arrêter toutes les automobiles Tirer dessus au besoin.
Veillé pendant la nuit.
Notes de Jean Breton
 

Mardi, 11 août.—Au cours de la nuit du 10 au 11, le corps d'armée badois (14e) et une partie du 15e allemand ont attaqué la brigade française qui avait poussé une pointe sur Mulhouse.

Nos troupes, sur l'ordre du commandant de corps d'armée, se sont repliées en arrière, leur mission étant d'ailleurs terminée. Nous sommes installés sur des positions solides, que l'ennemi a attaquées en vain. Notre situation stratégique demeure la même,—excellente.

Nos troupes sont, sur presque tout le front, en contact avec l'ennemi. De petits engagements, qui tous ont tourné à notre avantage, se sont produits.

Les Allemands se sont présentés devant Longwy et l'ont sommé de se rendre; on devine quel fier refus a été opposé à cette démarche.

Belgique.—Le roi a installé son quartier général à Louvain.

Des engagements ont commencé lundi, entre Saint-Trond et Tirlemont, mettant aux prises des forces importantes de cavalerie allemande pourvues de mitrailleuses et des lanciers belges envoyés contre elles. La lutte se poursuit aujourd'hui. Landen, occupé momentanément par les Allemands, est repris. L'ennemi est partout tenu en respect. La cavalerie française est entrée sérieusement en action.

Pays-Bas.—La Hollande a achevé sa mobilisation. L'état de guerre est proclamé dans le Brabant, le Limbourg, la Zélande et partie de la Gueldre.

Mercredi, 12 août.
 


 

Pont-à-Mousson est bombardé à 10 heures. Une centaine d'obus tombent sur la ville, tuant ou blessant quelques habitants et démolissant plusieurs maisons. Effet moral nul sur la population.

Belgique.—Les forts de Liége tiennent toujours. Le ministère de la Guerre annonce que le mouvement de retraite des Allemands s'accentue de ce côté; ils semblent se retirer et se masser vers l'Est.

Le gros des troupes allemandes est concentré entre Liége et Luxembourg. Une grande bataille paraît imminente.

Sur Mer.—Les croiseurs Goeben et Breslau ont franchi les Dardanelles. Le gouvernement ottoman déclare les avoir achetés,—ce qui est contraire à tous les traités internationaux.

 

Le théâtre des opérations sur le territoire belge.

 

13 août 1914

 
 



Créer un site
Créer un site