JUILLET 1918 
01-02-03-04-05-06-07-08-09-10-11-12-13-14-15-16-17-18-19-20-21-22-23-24-25-26-27-28-29-30-31
SEPTEMBRE 1918
 

Jeudi 1er août

On ne signale aucun évènement important sur le front, au nord de la Marne.
Les Anglais ont capturé quelques prisonniers, au cours d'un raid heureux exécuté dans le voisinage d'Ayette.
Un peu après minuit, des patrouilles australiennes ont pénétré dans les positions ennemies aux environs de Merris; elles ont fait 40 prisonniers.
L'artillerie ennemie a été active, avec émission d'obus à gaz, au nord d'Albert. Elle a également manifesté de l'activité en de nombreux points, entre le canal de la Bassée et Ypres.
 
  • Le capitaine ALLEGRET Ferdinand Paul Félix du 45 RA est tué à l'ennemi à Chazelles (02) (MPF)
  • Le soldat COLOMBON Joseph Gabriel Jean Baptiste du 234 RI est tué à l'ennemi à Cramaille (02) (MPF)
  • Le brigadier CAILLAT Marius Laurent Joseph du 2 RH meurt des suites de ses blessures à l'H.O.E. B/52, secteur 102 à Courcy (02) (MPF)
  • Le sapeur conducteur FAVIER Eugène du 4 RG est tué à l'ennemi à Verneuil (51) (MPF)
Les Américains ont repoussé de fortes contre-attaques ennemies exécutées par des troupes fraîches au delà de la ligne de l'Ourcq. Sergy, qui a changé quatre fois de mains, est resté en leur possession.
Les Belges ont réussi un coup de main dans les organisations ennemies de la région de Saint-Julien et fait 11 prisonniers.
L'aviation anglaise a fait des reconnaissances et pris des photographies. 10 tonnes de bombes ont été réparties sur les dépôts de munitions, gares et cantonnements, dans les environs de Douai, Armentières, Bapaume et Chaulnes.
Neuf appareils ennemis ont été abattus en combats aériens, et deux ballons sont tombés en flammes. Quatre avions anglais manquent.
Nos alliés ont bombardé Bapaume, ainsi que des batteries ennemies en action au nord de la Somme.
 

Vendredi 2 août

Les Allemands ont attaqué, après un fort bombardement, nos nouvelles positions, à l'est d'Oulchy-le-Château. Nous avons repoussé l'assaut ennemi et maintenu intactes nos lignes.
Sur la rive droite de l'Ourcq, de vifs combats se sont livrés au nord-est de Fère-en-Tardenois. Le village de Seringes a passé de main en main et a été finalement enlevé par une contre-attaque des Américains.
De nombreux coups de main ennemis près de Mesnil-Saint-Georges, à l'est de Montdidier, au bois Le Prêtre, sur la rive droite de la Meuse et dans les Vosges, n'ont obtenu aucun résultat.
De notre côté, nous avons effectué une incursion dans les lignes allemandes, au nord-est de Perthes-les-Hurlus et ramené des prisonniers.
Les opérations aériennes se sont poursuivies sur tout le front entre Aisne et Marne. Les bombardiers franco-britanniques ont jeté plus de 20 tonnes de projectiles sur les cantonnements et les points de passage de la vallée de l'Ardre et de la Vesle, les gares de Fimes, Loupeigne, Mareuil, Bazoches, les terrains d'aviation de Mont-Notre-Dame. Quatorze avions allemands ont été abattus ou mis hors de combat.
Les Anglais ont fait des prisonniers au cours de coups de main heureux et de rencontres de patrouilles dans les environs de Lens, au nord de Béthune et dans le secteur nord de notre front.
 
 

Samedi 3 août

Sur l'ensemble du front de bataille, actions d'artillerie.
Entre Montdidier et l'Oise, un coup de main ennemi au nord d'Antheuil n'a donné aucun résultat.
Une attaque allemande sur la montagne de Bligny a été également brisée. Des raids allemands ont échoué dans la région de l'Argonne.
Sur le front anglais, l'artillerie ennemie s'est montrée active au sud-ouest d'Albert. Elle a également manifesté quelque activité à l'est de Robecq et en d'autres secteurs.
Les Américains ont encerclé des détachements allemands qui avaient pénétré dans leurs lignes: tous les hommes ont été tués, blessés ou capturés. Au sud-ouest du bois Meunière, après un dur combat à la baïonnette, les Américains ont refoulé les ennemis dans les bois. Ils ont pris le bois de Grimpette et atteint le village de Cierges.
Ils ont repoussé des coups de main en Lorraine et en Alsace.
Sur le front italien, les alpins ont capturé la garnison d'un poste autrichien dans le val Daone. Dans le val Brenta, l'infanterie italienne a refoulé l'ennemi après une lutte corps à corps, en lui faisant des prisonniers.
Cinq avions autrichiens ont été abattus.
Une patrouille grecque, en Macédoine, a tendu une embuscade à une patrouille bulgare à l'ouest de Demir-Hissar et lui a fait des prisonniers. Sept avions ennemis ont été détruits sur ce front.
 

Dimanche 4 août

Au nord de l'Ourcq, nos troupes, en liaison avec des unités britanniques, ont rejeté l'ennemi des positions qu'il occupait entre le Plessier-Huleu et la rivière. Nous avons enlevé la hauteur au nord de Grand-Rozoy, dépassé le village de Beugneux, atteint Cramoiselle et Cramaille, réalisant sur ce point une avance d'environ 3 kilomètres. 600 prisonniers sont restés entre nos mains. Plus au sud, nous avons pris Cierges et le bois Meunière.
Au nord de la route de Dormans à Reims, nous avons, par une lutte acharnée, conquis le village de Romigny et fait une centaine de prisonniers.
Le nombre total des prisonniers que nous avons faits sur ce front du 15 au 31 juillet, monte à 33.400, dont 674 officiers.
Les Anglais ont fait des prisonniers dans le voisinage de Festubert. Au nord d'Albert, ils ont exécuté un raid heureux, capturant 16 prisonniers et une mitrailleuse.
Activité de l'artillerie ennemie au sud de la Somme et au sud d'Ypres; au nord de Béthune et à l'est d'Hazebrouck.
Canonnade en Macédoine sur le Vardar. Echec bulgare dans cette région sur le front anglais.
Activité de patrouilles sur le front serbe.
Notre aviation a jeté des explosifs sur les campements du Devoli, et l'aviation anglaise a bombardé la gare de Petric.
 

Lundi 5 août

Les attaques menées par nos troupes et les unités alliées sur le front au nord de la Marne ont obtenu un plein succès.
Bousculés sur toute la ligne, les Allemands ont été contraints d'abandonner la position de résistance qu'ils avaient choisie entre Fère-en-Tardenois et Ville-en-Tardenois, et de précipiter leur retraite.
  • BALLY Louis Félix au 338e RI meurt au combat à Mont-Notre-Dame (02) (MPF)
Sur notre gauche, nos troupes sont entrées dans Soissons.
Plus au sud, elles ont franchi la Crise sur tout son parcours.
Au centre, progressant largement au nord de l'Ourcq, nous avons dépassé Arcy-Sainte-Restitue et pénétré dans les bois de Dôles.
Plus à l'est, Coulanges, à quatre kilomètres au nord du bois Meunière, est en notre possession.
A droite, Goussancourt, Villers-Agron, Ville-en-Tardenois, sont à nous. Sur cette partie du front, nous avons porté nos lignes à cinq kilomètres environ au nord de la route de Dormans à Reims, sur la ligne générale Vezilly-Lhéry.
Entre l'Ardre et la Vesle, nous occupons Gueux et Thillois.
Les Anglais ont repoussé avec pertes un raid tenté par l'ennemi aux environs de Feuchy. Leurs patrouilles ont poussé en avant dans le secteur d'Albert et occupé des portions de la première ligne allemande.
Canonnade entre Béthune et Bailleul.
 
 

Dimanche 6 août 1918

 
La 27e DI commence à être relevé par les éléments de la 124e DI.
Dans la nuit du 5 au 6, le 4e Bat du 358e RI est rendu à sa division, la 71e DI ; Le 3e Bataillon du 140e RI est relevé par le 1er bataillon du 101 et va à Dampierre ;
Le 1er Bataillon du 75 est relevé par le I/130 et va à Saint-Hilaire au Temple ;
Le 1er Bataillon du 52e n'est pas remplacé et vient à Saint-Hilaire au Temple ;
Une partie de l'artillerie est relevée : mouvement prescrit par le Cdt de l'AD.



 
  • GAUTHIER Albert Joseph Jules (MPF)
  • PELLISSIER Leon Adolphe (MPF)
  • SEIGLE Felix François Joseph (MPF)
 

Lundi 7 août

 
 
 

Mardi 8 août

 
   
 

Mercredi 9 août

 
 
Jours suivants

 
 
 



Créer un site
Créer un site