Eclose et Badinières
à la veille de la Grande Guerre
Eclose et Badinières
pendant la Grande Guerre
Les Hommes
Le Livre L'exposition La conférence

Le site de l'auteur

Le livre sera présenté le 21 mai 2015

pour le commander en ligne

Présentation-Bon-de-commande-livre



Retrouver le quotidien des
habitants durant cette période
qu’ils soient partis au front ou
restés au village….
Grâce au travail de collecte de documents
auprès des habitants en coopération avec la
bibliothèque intercommunale d’Eclose-
Badinières et au dépouillement des archives
municipales, départementales et militaires,
un ouvrage est en cours de rédaction.
Un travail rendu possible grâce au
financement des deux communes d’Eclose-
Badinières.


Vous pouvez aussi vous procurez des bons de souscription auprès :



L’exposition « Sur les traces de nos poilus »

jusqu'au 18 mai 2014 à la bibliothèque Intercommunale d'Eclose
 
Cette exposition a été mise en place par l’association « Passeur de Mémoire, Fragment d’histoire », membre du comité de pilotage « Centenaire 1914-1918 » du département de l’Isère, sous la direction de Fabienne GILBERTAS, chargé de projet.
Il est constitué d’une cinquantaine de panneaux (format 42 x 30 cm, plastifiés).
Elle s’articule autour de deux thèmes :
  • l’histoire des poilus de la 14e région (Lyon, Grenoble Chambéry) du moment du recensement jusqu’à la mobilisation.
-       Le recensement
-       Le tirage au sort
-       L’appel sous les drapeaux
-       L’organisation militaire de la 14e région
-       La mobilisation
-       Les classes 1911, 1912 et 1913
-       La réserve de l’armée active
-       Les territoriaux
-       Les réservistes : services auxiliaires, les GVC….
-       Les réformées, les exemptés, les insoumis
-       Parcours dans la grande guerre de la 27e division ou de la 28e division.
  • Présentation des éléments collectés auprès des familles des deux villages, sur les hommes d’Eclose-Badinières durant cette période.

 Conférence « SUR LES TRACES DE NOS POILUS »

le vendredi 16 mai à 18h00
 
Elle est présentée par Fabienne GILBERTAS, historienne. Cette conférence retrace l'histoire
des hommes mobilisés des communes d’Eclose-Badinières du moment de leur recensement à
leur retour à la vie civile.
- La situation des deux villages la veille de la grande guerre
- Présentation de l’étude sociologique des hommes rappelés au moment du conflit
o Les unités ou ils ont combattus.
o Les cas particuliers : services auxiliaires, GVC, réformés, exemptés
o Les morts pour la France
- L’après-guerre : la démobilisation, les monuments au mort
- Aujourd’hui : la mémoire de ces hommes, 100 ans après

Durée : 1h30

Félicitation pour l'expo, c’était du travail de pro . Bravos à toute l'équipe.
Concernant l'usine Porcher qui à été mis a contribution pour l'effort de guerre.Ce que j'ai entendu( dans les conversations informelles) ,Dans les archives  du groupe on doit en avoir la trace .On a tisser de la "bourrette de soie" entre autre.C'est un tissu qui ressemble a un tissu coton un peu rustique,simplement parce que le fil est fait avec du déchet de soie(donc des fibres discontinu) .Ce tissu servait à deux choses dans la fabrication des obus.
Confectionner  des sacs pour la poudre a canon,des dosettes avec des poids de poudre bien précises.(les artilleurs,les chasseurs également connaissent ça) suivant la distance désirée,(pour un obus une balle ou des plombs) on augmente ou diminue la quantité de poudre.Entre la poudre  et l'obus,la balle ou les plombs on a la "bourre" .
Donc ce tissu était découpé en rondelles et empilé afin d'avoir un bouchon suffisamment épais ,la "bourre".
 
Voilà,bonne continuation a bientôt.  

GB

L’ouvrage
« Eclose et Badinières pendant la guerre de 1914-1918 »

                                               

 
 

Eclose et Badinières pendant la Grande Guerre

La classe 1887 à lire
Le 14 février 1915 à Badinières







Délibération du Conseil Minicipale de Badinères, AC Badinières






 



Le 7 juillet 1915 : Demande d'assistance médicale pour elle et ses deux enfants de Zélie LAGRANGE veuve ROY

En septembre 1915, elle est hospitalisée à l'hopital de Grenoble. Elle est dans l'incapacité de payer les frais de transport. La commune de Badinières lui accorde une indemnité exceptionnelle de 40 frs sur les 130 francs dus.
A cette même période, le Conseil de Badinières accorde une subvention de 40 frs pour l'ouvroir de la Tour du Pin.


 


Haut de page