Mardi 1er janvier
Actions d'artillerie au nord-ouest de Reims. Rencontres de patrouilles au nord du Chemin des Dames et vers Bezonvaux.
Sur le front belge, faible activité d'artillerie. Bombardement au sud de Dixmude. Une reconnaissance ennemie qui cherchait à surprendre des postes avancés, a été repoussée par le feu.
Sur le front de Macédoine, action d'artillerie dans la région du lac de Doiran où les batteries anglaises ont exécuté des tirs de destruction sur les positions ennemies et au nord-ouest de Monastir où l'ennemi a bombardé nos tranchées sur six kilomètres de front.
L'aviation anglaise a jeté des bombes sur la gare de Arzenci, à trois kilomètres au nord de Guevguéli.
Près de Cambrai, les Anglais ont été attaqués sur un front de trois kilomètres dans la région de la crête Welsh. Après avoir perdu deux saillants, ils ont lutté énergiquement pour les reprendre et ont ressaisi la majeure partie de leurs tranchées, en capturant des mitrailleuses et des prisonniers. Les Allemands ne tiennent plus qu'un petit coin de la première ligne vers la Vacquerie et au sud de Marcoing.
Nos alliés ont avancé légèrement leur ligne des deux côtés de la voie ferrée d'Ypres-Staden.
Les troupes françaises du front italien ont remporté un brillant succès. Elles ont enlevé le mont Tomba aux Autrichiens, en s'emparant de 48 officiers, de 1400 hommes et 7 canons.
Padoue a été encore bombardée par avions.
 
 

Mercredi 2 janvier
Action d'artillerie assez vive en Champagne, dans la région de la Butte-du-Mesnil.
Un coup de main sur nos petits postes au sud-est de Beaumont, n'a obtenu aucun résultat. Nous avons fait des prisonniers.
Sur le front britannique, l'ennemi a renouvelé ses attaques contre la crête Welsh, sur une largeur d'environ 1200 mètres au sud de la Scarpe.
Dans la partie sud du secteur attaqué, il est parvenu, grâce à ses jets de liquides enflammés, à prendre pied un moment dans une des tranchées anglaises. Une contre-attaque l'a rejeté de cette position et la totalité de la tranchée est actuellement entre les mains de nos alliés. Partout ailleurs l'assaut a été arrêté.
Activité des deux artilleries en un certain nombre de points, au sud de la Scarpe.
L'artillerie allemande a également montré de l'activité dans le secteur d'Ypres.
Les Anglais ont, à nouveau, avancé leur ligne ,vers le nord de Jerusalem. Ils ont fait 759 prisonniers, dont 39 officiers et relevé plus de 1000 cadavres ennemis.
Les Italiens ont forcé l'adversaire à abandonner, avec de graves pertes, la tête de pont de Zenson, sur la Piave et à passer sur la rive gauche du fleuve. Ils ont repris possession de toute la boucle.
Sur le reste du front, actions d'artillerie modérées.
Des aviateurs ennemis ont attaqué le champ d'aviation d'Istrana et bombardé Vicence, Bassano, Castelfranco et Trévise. On compte en tout 13 morts et 44 blessés.
Jeudi 3 janvier
Canonnade intermittente en quelques points du front. Nous avons réussi un coup de main dans la région au nord de Courtecon et ramené des prisonniers.
Rencontres de patrouilles au sud de Corbeny. Grande activité d'artillerie dans le secteur Beaumont-bois des Caurières.
Au cours de la journée; l'activité d'artillerie a été peu intense sur le front belge. Un détachement ennemi, protégé par de violents barrages, parvint à prendre pied dans un des postes alliés de la région de Merckem. Une énergique contre-attaque, prononcée immédiatement chassa du poste les Allemands qui laissèrent plusieurs prisonniers.
En Macédoine, activité d'artillerie dans la région de Guevgueli et sur les pentes orientales du Vetrenik. Calme sur le reste du front. Des avions ennemis ont bombardé des ambulances en arrière du front de Monastir.
En Italie, nombreux combats aériens. Des avions ennemis ont survolé Trevise et Mestre.
Les maximalistes russes ont envoyé une sommation à la Roumanie dont ils dénoncent l'accord avec Kaledine et les Cosaques.
Par contre, ils ont décidé de reconnaître, sous certaines conditions, l'indépendance finlandaise.
Vendredi 4 janvier
Actions d'artillerie assez vives, notamment sur le front de l'Aisne, dans les régions de Landricourt et des Cavaliers-de-Courcy, ainsi que dans le secteur de Maisons-de-Champagne et sur la rive droite de la Meuse.
Deux coups de main ennemis, l'un au sud de l'Oise, l'autre au Cornillet, ont complètement échoué.
Au nord-est de la Pompelle, nous avons exécuté un raid et ramené des prisonniers.
Sur le front britannique, l'ennemi a exécuté des coups de main dans la région d'Oppy, au sud et au sud-est de la Bassée. Ces coups de main ont échoué et nos alliés ont fait des prisonniers.
Activité de l'artillerie allemande à l'est d'Epéhy. 
L'aviation britannique a jeté 200 bombes sur divers objectifs, notamment sur le champ d'aviation d'Ongelsmunster et un dépôt de munitions de la région de Courtray. Deux appareils allemands ont été abattus en combat aérien et deux autres, contraints d'atterrir, désemparés.
Sur le front britannique de Macédoine, activité d'artillerie réciproque.
Sur le front portugais, quelques actions d'artillerie. Une tentative ennemie sur la première ligne a aussitôt échoué.
 
 

Samedi 5 janvier
L'ennemi a tenté divers coups de main sur nos petits postes, dans la région de Juvincourt, sans obtenir aucun résultat.
En Champagne, et sur la rive droite de la Meuse, à l'est de la cote 344, la lutte d'artillerie a été, par moments, violente.
En Haute-Alsace, une tentative d'attaque ennemi en face d'Aspach a complètement échoué. Les Allemands, qui ont subi des pertes sensibles, ont laissé des prisonniers et une mitrailleuse entre nos mains.
Nos pilotes ont abattu deux avions et un ballon captif.
Six autres appareils ennemis sont tombés dans leurs lignes a la suite de combats aériens.
Nos escadrilles ont bombardé les usines de Rombach, les gares de Metz-Sablons, Conflans, Arnaville.
Un combat local s'est déroulé sur le front anglais de Cambrai, à proximité du canal du Nord.
Nos alliés ont légèrement avancé au sud de Lens.
En Italie, nous avons fait des prisonniers sur le Monfenera. Les Austro-Allemands ont bombardé par avions Trévise et Padoue.
Le chancelier allemand a répondu aux Russes à la commission du Reichstag. Il refuse de transférer le siège de la conférence de paix à Stockholm et d'évacuer la Pologne, la Lithuanie et la Courlande.
Dimanche 6 janvier
Activité marquée des deux artilleries dans la région au sud de Corbeny et sur la rive gauche de la Meuse, au bois d'Avocourt.
En Champagne, un de nos détachements a pénétré au nord de la Main-de-Massiges dans les tranchées allemandes où il a opéré de nombreuses destructions.
Au nord de Saint-Mihiel, un détachement ennemi qui tentait d'enlever un de nos postes a subi sous nos feux des pertes sensibles sans obtenir de résultat.
Une autre tentative ennemie dans la région de Flirey a également échoué. Des prisonniers sont restés entre nos mains.
Cinq avions allemands ont été abattus au cours de combats avec nos pilotes.
Sur le front britannique, une tentative de coup de main a échoué vers Hollebeke sans occasionner de pertes à nos alliés.
Un détachement allemand a réussi à s'emparer d'un poste anglais à l'est de Zonnebeke. Quelques hommes ont disparu.
Canonnade au front italien sur le plateau d'Asiago. Les avions autrichiens ont bombardé Mestre et Bassano.
Mr Lloyd George a prononcé à Londres un important discours où il a traité en détail des buts de guerre des alliés.
Le gouvernement allemand déclare que les conférences de Brest-Litowsk sont interrompues.
 
 

Lundi 7 janvier

Canonnade intermittente sur quelques parties du front.
Des coups de main ennemis sur nos petits postes au nord du Chemin-des-Dames sont restés sans succès.
Sur le front belge, légère activité d'artillerie dans les régions de Ramscapelle, Dixmude et Mercken.
En Macédoine, activité de l'artillerie ennemie dans la région de Monastir.
L'aviation française a bombardé les cantonnements et convois ennemis au nord du lac Presba.
La neige rend les communications difficiles dans les montagnes.
Sur le front anglais, l'ennemi a dirigé une forte attaque contre les positions de la ligne Hindenburg, à l'est de Bullecourt. Un petit détachement a réussi à prendre pied dans une sape en avant des tranchées de première ligne. Cette sape a été ensuite reprise. Sur le reste du front l'attaque allemande a été rejetée avec pertes avant que l'assaillant ait pu aborder nos positions.
Quelque activité de l'artillerie au nord-est d'Ypres.
Nos alliés ont déployé une grande activité aérienne. Ils ont jeté plus de 250 bombes sur les gares de Ledeghem, Denain, Menin et Roulers. Plusieurs milliers de cartouches de mitrailleuses ont été tirées de faible hauteur. Huit avions allemands ont été abattus et cinq autres obligés d'atterrir, désemparés.
 
BALLY Louis Antoine Alfred
au 14e ETEM meurt à
l'hôpital n° 31 d'Epernay (51)
suite à un accident au cours de son service. (MPF)
   
   
   
   



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site