Mai 1915 au jour le jour

Avril 1915
1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12-13-14-15-16-17-18-19-20-21-22-23-24-25-26-27-28-29-30-31
 

Samedi 1er mai

Nous avons progressé au nord d'Ypres, dans la région de Streenstraate; nous avons gagné là une profondeur de 500 mètres à un kilomètre, en enlevant deux lignes de tranchées successives et en faisant de nombreux prisonniers. Reims a reçu 500 obus, dont quantité d'obus incendiaires - qui ont allumé plusieurs incendies, mais ceux-ci ont été éteints rapidement. En Champagne, l'ennemi a bombardé une de nos ambulances et blessé un médecin. Dix-neuf obus de 380 sont tombés sur Dunkerque : ils provenaient de canons placés dans les lignes allemandes. Vingt personnes ont été tuées, quarante-cinq blessées, et plusieurs maisons détruites. Une importante conférence a eu lieu à Rome, entre MM. Salandra, Sonnino et le général Cadorna, chef de l'état-major. Les combats demeurent incessants au col d'Usjok, dans les Carpathes; ils continuent à tourner à l'avantage des Russes. Ceux-ci refoulent également les avant-gardes allemandes qui attaquaient vers le Niémen. Trois vapeurs anglais ont été coulés par des sous-marins allemands. François-Josef a mandé en consultation le comte Goluchowsky, ancien ministre des Affaires étrangères d'Autriche-Hongrie, qui avait toujours été partisan de l'entente russe. 
 
 
 
 

Dimanche 2 mai

Journée relativement calme à considérer l'ensemble du front. Deux attaques allemandes ont été repoussées à Bagatelle, en Argonne. Au bois Le Prêtre (Pont- à-Mousson), nous avons enlevé des tranchées, fait des prisonniers et organisé le terrain conquis. Une dizaine d'obus sont encore tombés sur Dunkerque, où il y a eu des victimes. Les Allemands tentent d'envahir les provinces baltiques, au nord-est de la Prusse orientale. Leur but serait de couper les voies ferrées qui relient Varsovie à cette région. Les Russes, qui ont des forces suffisantes pour répondre à cette diversion, progressent dans les Carpathes. Un de nos avions qui survolait Somme-Py a été atteint par un éclat d'obus. Les aviateurs ont pu rentrer cependant indemnes dans nos lignes. Des zeppelins ont été aperçus près de la côte anglaise, où un taube a vainement essayé d'opérer. Un navire russe a été coulé par un sous-marin allemand à la pointe sud-ouest de l'Irlande. Un navire anglais a eu le même sort. L'Italie et la Roumanie négocient. Les Turcs ont été refoulés dans la région du canal de Suez où l'une de leurs troupes s'était aventurée. Les relations maritimes sont reprises entre l'Angleterre et la Hollande. 


 
 
Lundi 3 Mai
Peu de faits intéressants en Belgique. Une seule attaque allemande, au nord d'Ypres, a été immédiatement arrêtée par nos mitrailleuses. Au sud de Chaulnes, 80 Allemands armés de cisailles, de grenades, de brownings et de couteaux ont attaqué notre ligne; ils ont été tués ou capturés. Dans la vallée de l'Aisne et en Champagne, l'ennemi a expérimenté divers procédés chimiques dont les effets ont été nuls. Une tentative qu'il a esquissée au bois Le Prêtre a été arrêtée net. Nous avons bombardé la face sud du camp retranché de Metz. L'efficacité de notre tir a été constatée sur un fort et sur des casernes. Il se confirme que les Allemands auraient utilisé contre Dunkerque un canon portant à 38 kilomètres, mais le bombardement s'étant atténué, on croit que ce canon a été déterioré par le tir de nos avions. Les Russes ont fait 1000 prisonniers dans les Carpathes. La Chambre grecque a été dissoute et les nouvelles élections sont fixées au 13 mai. Les sous-marins allemands ont coulé un vapeur anglais et un steamer américain. Le contre-torpilleur anglais Recruit a été attaqué par des sous-marins allemands en mer du Nord et coulé. Deux contre-torpilleurs allemands qui escortaient le sous-marin ont été également détruits.
 
 
 
Mardi 4 mai
Les Allemands ont tentés une série d'attaques au nord et au sud d'Ypres et au bois Le Prêtre. Elles ont toutes été repoussées.
Sept navires de diverses nationalités ont encore été coulés par des sous-marins allemands. Dans le nombre se trouve un vapeur français l'Europe.
Sur le front oriental nos ennemis ont été partout arrêtés : ils ont perdu des milliers d'hommes.
Les ministres italiens ont tenu conseil. Ils ont décidé qu'étant donné la situation internationale, ni le roi, ni aucun d'entre eux ne quitterait Rome pour aller participer à la cérémonie de Quarto.
Les avions alliés ont bombardé le quartier général du prince de Wurtemberg. Plusieurs officiers supérieurs ont été tués.
Le gouvernement italien a proclamé l'état de guerre en Libye, où une sanglante bataille a eu lieu.
 
Mercredi 5 mai
Notre progression en Belgique s'est poursuivie dans la région Steenstraete. Les troupes britanniques ont repoussé une attaque allemande au nord d'Ypres.
En Champagne, nous avons brisé trois offensives successives et infligé à l'ennemi des pertes très sérieuses, dans la région de Beauséjour. En Argonne, nous avons prononcé une attaque qui a abouti. De nombreux morts allemands ont été trouvés sur le terrain. Une nouvelle attaque nous a permis d'élargir notre gain au bois Le Prêtre. 
De violents combats ont eu lieu dans la presqu'île de Gallipoli. Les Turcs ont dirigé des attaques en masses contre les positions des alliés. Mais les troupes franco-anglaises ne se sont pas bornées à défendre leurs retranchements, elles ont contre-attaqué les Turcs dans les leurs et s'avancent régulièrement.
La flotte russe a bombardé efficacement les forts du Bosphore : ses obus ont provoqué une explosion au fort Elmas.
Des aviateurs alliés ont survolé Essen.
Le conflit sino-japonais s'est aggravé, la Chine refusant de donner satisfaction aux demandes du cabinet de Tokio. La situation apparaît critique.
Des taubes ont réussi à venir jusqu'à Nancy. Mais, pourchassés par nos aéroplanes, ils ont dù s'éloigner.
 
 
 
Jeudi 6 mai
Journée calme en Belgique. Nous avons poussé nos lignes en avant, entre Lizerne et Hetsas. Des attaques allemandes ont été repoussées, en Champagne, à l'ouest de Perthes, et en Argonne, au Four-de-Paris. Actions très vives entre Meuse et Moselle. L'ennemi a canonné et attaqué nos positions des Eparges et de Calonne, mais son échec a été complet et ses pertes sont très élevées. Nous avons fait des prisonniers.
Trois régiments allemands ont attaqué nos positions du bois d'Ailly. Ils ont réussi à occuper une croupe, mais nous en avons repris immédiatement la moitié, et nous avons prononcé une contre-attaque pour reprendre le reste.
Au bois de Mortmare, nous avons remporté un succès caractérisé en enlevant deux lignes de tranchées sur la route de Flirey à Essey. Toutes les contre-attaques ont été repoussées. Enfin, en Alsace, nous gagnons du terrain dans la région de Metzeral.
Les Russes ont infligé des échecs aux Allemands en Pologne et dans les Carpathes; mais ils ont reculé légèrement sur la Dounaietz. 
La cérémonie des Mille, à Quarto, a eu lieu avec un plein succès.
Neuf chalutiers anglais ont été coulés par des sous-marins allemands.
 
Vendredi 7 mai
Nous repoussons, en flandre, une attaque allemande, à Steenstraete. Au sud d'Ypres, à Zwartelen, les énnemis ont attaqué les tranchées de la fameuse cote 60, conquise en avril par les Anglais. Usant de gaz asphyxiants, ils ont réussi d'abord à se rendre maîtres de la position, mais une contre-attaque de nos alliés a permis à ceux-ci de reprendre une grande partie du terrain perdu.
Au bois d'Ailly, notre contre-attaque a progressé en nous restituant encore quelques tranchées.
En Alsace, nous avons reperdu un mamelon du Sillackerwasen (région de la Fecht), mais consolidé le reste de nos gains récents.
Le gouvernement frangais a déposé un projet de loi sur la résiliation des baux à loyers. Il a décidé de faire procéder à la réquisition des stocks existants de blé et d'organiser la vente des blés achetés, au prix même fixé pour les réquisitions.
Un communiqué du gouvernement russe dément la prétendue victoire allemande de la Dunajec et l'agence Wolff elle-même proteste contre les exagérations publiées à cet égard.
Le Vatican a invité tous les religieux de nationalité allemande ou austro-hongroise à quitter Rome par mesure de précaution. Les journaux de Berlin reconnaissent que la rupture est imminente entre l'Italie et les deux empires.
Des troupes allemandes ont été envoyées dans le Trentin pour le défendre. D'énormes préparatifs militaires ont été faits par l'état-major de Vienne en Carinthie, en Styrie et dans le Frioul.
Six bâtiments ont été coulés par les sous-marins allemands.
 
 
Samedi 8 mai
Quelques attaques secondaires, le temps étant généralement mauvais, à l'ouest de Péronne, à Beauséjour et à Bagatelle. Combats d'artillerie à Vauquois et sur les Hauts-de-Meuse.
Un nouveau forfait, plus odieux que les précédents, a été commis par la marine allemande. Le grand paquebot anglais Lusitania, de la Cunard Line, qui contenait 1978 personnes, a été torpillé au large de la côte d'Irlande.
Les Russes ont livré des combats favorables à leurs armes en Courlande. Ils ont remporté un succés important en Pologne; en Galicie, autour de Tarnow, ils ont subi de lourdes pertes, mais autour de Stryj, ils ont fait 2000 prisonniers.
Les Chambres italiennes ne se réuniront que le 20 mai, au lieu du 12, comme il avait été préalablement arrêté. Le prince de Bülow a fait au roi et au pape deux visites qui ressemblent à des visites de congé.
Le japon a réellement lancé à la Chine un ultimatum qui expire le 9, à six heures du soir.
Il est avéré que ce sont des spéculateurs sans scrupules qui avaient fait courir à Berlin le bruit d'une énorme victoire allemande dans les Carpathes.
M. Ribot a prononcé à la Chambre un magnifique discours pour justifier le projet financier qu'il a fait voter, et qui élève à 6 milliards la limite d'émission des bons du Trésor.
 
Ils ne reviendront pas...
  • FLANDRIN Joseph Albert de Voissant (38) décède à l'hôpital des Sources à Bussang (88)  (MPF)
 

Dimanche 9 mai

En Belgique, les Allemands ont attaqué les lignes anglaises près de Saint-julien. Cette attaque a été repoussée avec de grosses pertes pour l'ennemi. Au sud d'Ypres, à la cote 60, les Anglais ont repris une partie des tranchées qu'ils avaient perdues.
A Lens, un de nos bataillons a réussi à enlever un ouvrage allemand. Nous avons arrêté trois tentatives d'attaque au bois Le Prêtre. Nous avons progressé d'un kilomètre sur la rive droite de la Fecht, près de Metzeral.
Le torpillage du Lusitania a fait près de 1500 victimes. Il n'y a que 703 survivants sur 2160 passagers et marins. L'ambassadeur d'Allemagne à Washington marque sa satisfaction.

 
On annonce que l'ambassadeur d'Autriche à Rome se prépare à partir. On confirme, en dépit d'un démenti du Vatican, que M.de Bulow a été reçu par le Pape. L'ambassadeur allemand, dans sa dernière visite au Quirinal aurait fait une suprême démarche auprès du souverain pour l'exhorter à ne pas rompre les liens entre les Hohenzollern et la maison de Savoie. La presse allemande déchaîne ses fureurs contre l'Italie.
La grande bataille des Carpathes continue à se déployer. L'avance austro-allemande semble avoir cessé.
D'après certaines informations, l'entente se rétablirait entre la Chine et le japon, ce dernier acceptant de corriger certaines de ses exigences. Toutefois, une partie de la flotte nippone a déjà pris la mer. L'Amérique, la France et l'Angleterre auraient prêché la modération.
 
  • ALLEGRET Marius Pierre
  • BAILLY Jean
  • BIGOURDAT Auguste Joseph Victor
  • BOURDE Joseph Ambroise
  • CAILLAT Albert Désiré
  • CHATAING Paul René Louis
  • CLUZE Germain Amédée
  • COLLIN Étienne Victor Marius
  • COLLOMB Ernest
  • DIDROT Auguste Marius
  • DUC Jean Baptiste du 159e RIA à Berthonval (62)
  • FABRY Ernest
  • FAVRE Victor
  • FAYS Amédée Augustin
  • FRANÇOIS Jean Séraphin
  • GAUDE Arthur Charles
  • GINET Pierre Clément
  • GONIN Joseph Alfred
  • HOSTACHE Eugène Léon Joseph
  • JACQUIER-ROUX Léonce Antoine François
  • MAURAS André Marius
  • PELLEGRIN Pierre Émile
  • PERONNARD Marius Léon Eugène
  • PETIOT Albert
  • REVOLLET Alphonse Pierre Constant
  • REY Julien
  • REY Pierre Louis
  • RICHARD Clovis Emile
  • ROUX-FOUILLET Marcel Victorin
  • SARRET Charles Émile Gaston Laurent
  • THÉVENOT Gaston Gilbert
  • VERDANT Joseph Henri

Lundi 10 mai

Les Allemands ont attaqué, entre Nieuport et la mer et ont été repoussés avec de grosses pertes. 
Les troupes britanniques ont progressé dans la région de Fromelles (18 kilomètres de Lille).
Nous avons réalisé de sérieux progrès dans la région d'Arras, vers Loos et Carency. Nous avons enlevé deux et même trois lignes de tranchées fortifiées sur un front de 7 kilomètres. Près des villages de la Targette et de Neuville-Saint-Vaast, nous avons avancé de 4 kilomètres, pris 2000 hommes et 6 canons.
En Champagne, nous repoussons une attaque près de St-Thomas. Au bois le Prêtre et en Alsace, dans la vallée de la Fecht, combat d'artillerie.
Les Russes ont détruit un torpilleur allemand dans le port de Libau. Ils ont obtenu un succès à Mlava, en Pologne, et infligé d'énormes pertes à l'ennemi dans les Carpathes, où la bataille continue. Une de leurs divisions, bien qu'enveloppée, à réussi à percer les lignes austro-allemandes.
M. Dernburg, l'agent officieux de l'Allemagne, laisse entendre à New-York que d'autres paquebots pourront avoir le sort du Lusitania.
M. Giolitti est rentré à Rome, où il a été quelque peu sifflé par les partisans de l'intervention. Des centaines de milliers de soldats italiens sont concentrés autour de Vérone. M de Giers, le nouvel ambassadeur de Russie est arrivé à Rome.
L'incident sino-japonais est clos.
 
  • ABEL Emile Joanny
  • BELLIN Georges Marius
  • BOIS Jules François
  • COQUAND Claude
  • CORBEL Joseph Antoine
  • DELPHIN Joseph Antoine
  • FERRIER Alexandre Séraphin
  • GAGET Joseph Frédéric Marius
  • GAUTHIER Adrien Louis
  • GAUTHIER Jean Michel
  • GRANGE Pierre
  • HUMBERT Désiré Aimé
  • MALLET Germain Henri Pierre
  • MAZET Louis Leon
  • MICHEL Joseph Julien
  • NICOLLIN Émile Louis
  • PARIS Joannes
  • RAVE Jules Joseph
  • ROUX Marcel Auguste
  • TERRIER Juste Henri Pierre
 
 



Créer un site
Créer un site