Les poilus de l'Isère en mai 1917 à l'arrière comme au front

AVRIL 1917 - JUIN 1917
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
 

Mardi 1er mai 

Les pertes du jour

  • BOURDARIAT Albert Célestin, Conducteur - 14e E.T.E.M. (MPF)
  • GRIMONET Victor, Conducteur - 20e E.T.E.M. (MPF)
Action d'artillerie assez violentes entre Saint-Quentin et l'Oise et sur le chemin des Dames. Lutte à la grenade dans le secteur de la ferme d'Hurtebise.
En Champagne, après une vive préparation d'artillerie, notre infanterie s'est portée à l'attaque des lignes allemandes de part et d'autre du mont Cornillet. A l'ouest, nous avons enlevé plusieurs lignes de tranchées fortifiées depuis ce mont jusqu'au sud de Beine, sur une profondeur variant de 500 à 1000 mètres. A l'est, nous avons poussé nos lignes sur les pentes nord et nord-est du Mont-Haut jusqu'aux abords de la route de Nauroy à Moronvilliers. La lutte d'artillerie continue, violente, dans cette région.
Au bois le prêtre, tirs de destruction efficaces sur les organisations allemandes.
Notre aviation de bombardement a opéré au-dessus des champs d'aviation de Colmar, d'Habsheim et Frescaty. Les gares d'Ars, Novéant, Amagne-Lucquy, Bétheniville, Pont-Faverger ont été aussi bombardés avec succès.
Les Anglais ont consolidé leur front entre Monchy-le-Preux et la Scarpe. Ils ont fait un certain nombre de prisonniers. Ils ont réussi un coup de main au nord d'Ypres.


 

Mercredi 2 mai

Les pertes du jour

  • BONNET Joseph Marius, Soldat - 140e R.I. (MPF)
  • BOURDARIAT Henri Séraphin, Soldat - 97e R.I. (MPF)
  • DE LA BROSSE Pierre Jean, Sous-Lieutenant observateur - 81e R.A.L.T. (Tracteurs),  affecté à l'Escadrille C 64 (MPF)
  • GONIN Joseph Claudius, Soldat - 23e R.I. (MPF)
Au sud de l'Oise, nous avons repoussé une tentative allemande sur un de nos petits postes de la région de Barisis.
Sur le chemin des Dames, lutte d'artillerie assez violente dans le secteur Troyon-Hurtebise. Rencontres de patrouilles à l'est d' Hurtebise. Une reconnaissance allemande, qui tentait d'aborder nos lignes, a été repoussée par nos feux.
En Champagne, la lutte d'artillerie a été violente au sud de Moronvilliers. Dans cette région l'ennemi a lancé à deux reprises de fortes contre-attaques sur les positions conquises par nous au nord-est du Mont-Haut. Nos tirs de barrage et nos feux de mitrailleuses ont, par deux fois, brisé les vagues d'assaut et infligé de lourdes pertes à l'ennemi. Le chiffre de nos prisonniers dans cette dernière région et pour les dernières journées, est de 520. Nous avons également capturé 5 canons.
Canonnade intense sur le front belge, spécialement au nord de Dixmude.
Les Bulgares ont contre-attaqué les positions récemment conquises par les troupes britanniques de Macédoine, près du lac Doiran. Ils ont été repoussés avec de fortes pertes.
Une attaque ennemie à la grenade a été arrêtée par notre artillerie vers la cote 1050 (boucle de la Cerna).
 

Jeudi 3 mai

Les pertes du jour

  • AUDIBERT Jean Baptiste, Sous-lieutenant - 222e R.I. (MPF)
  • CLARET Pierre Marius, Sous-lieutenant pilote - Escadrille 201
  • JOURDAIN DE THIEULLOY Marie Jean Baptiste Georges Henri, Maréchal des logis - 11e R.C. (Cuirassiers) (MPF)
  • OLLIETTI Louis Victor, Soldat - 75e R.I. (MPF)
Dans la région du chemin des Dames, grande activité des deux artilleries sur le front Cerny-Hurtebise-Craonne. L'ennemi a lancé, à plusieurs reprises sur nos tranchées et nos petits postes, des attaques partielles qui ont été repoussées par nos feux de mitrailleuses et par nos grenadiers. 
En Champagne, violente lutte d'artillerie dans les secteurs du mont Cornillet et du Mont-Haut. Combats à la grenade dans les bois à l'ouest du mont Cornillet, au cours desquels nous avons sensiblement progressé.
Aux Eparges, nos détachements ont pénétré en différents points dans les lignes allemandes : des destructions ont été opérées et nous avons ramené du matériel.
Cinq de nos avions ont survolé la ville de Trèves, sur laquelle ils ont lancé de nombreux projectiles. Un incendie d'une grande violence, qui s'est rapidement développé, a éclaté au centre de la ville. Une tentative de raid allemand a échoué près de Fauquissart, dans le secteur de Laventie-la Bassée.
Canonnade accrue sur le front italien.
 

Vendredi 4 mai

Les pertes du jour

  • CROS Eugène Jean Adolphe, Soldat - 249e R.I. (MPF)
  • GUIGNIER Lucien Antoine, Soldat - 350e R.I.,  22e Cie (MPF)
  • SAUZE René Henri Antoine, Chasseur - 68e B.C.A. (MPF)
Activité d'artillerie et nombreuses rencontres de patrouilles dans toute la région du chemin des Dames.
En Champagne, nous avons repoussé des coups de mains ennemis dans les bois, à l'ouest du mont Cornillet et sur les hauteurs à l'est du Mont-Haut. Dans cette dernière région, nous avons réduit un îlot de résistance dont la garnison a été faite prisonnière. 9 officiers et 210 hommes sont tombés entre nos mains. Sur la rive gauche de la Meuse, nos détachements ont pénétré dans les tranchées ennemies.
Sur le front britannique, un violent combat se poursuit sur toute la ligne Hindenburg, du sud de la Sensée à la route Acheville-Vimy. Les troupes anglaises progressent et ont déjà enlevé un certain nombre de fortes positions ennemies.
Canonnade en Macédoine, entre Hima et la boucle de la Cerna, où les Russes ont repoussé une reconnaissance ennemie.
M. Zaïmis a été chargé de former le cabinet grec à la place de M. Lambros.
M. Milioukof, dans une circulaire aux puissances alliées, déclare que la Russie repousse toute idée de paix séparée.
 

Samedi 5 mai

Les pertes du jour

  • ALLIBE Louis Jules, soldat de 2e Classe - 32e BCA (MPF)
  • ALLOUARD Victor Augustin, Soldat - 18e R.I. (MPF)
  • ARGOUD Jean Baptiste Flavien, Soldat - 110e R.I.T. (MPF)
  • BERNARD Jean Pierre, Soldat - 65e R.I. (MPF)
  • CUCHET Joseph Marius, Canonnier - 107e R.A.L.H., 26e batterie (MPF)
  • DEMEURE DIT VERGETAN Antoine Joseph, Soldat - 171e R.I. (MPF)
  • GAILLARD Paul Victor, Soldat - 171e R.I. (MPF)
  • JULLIEN-VIEROZ Ernest Jean Camille, Sous-lieutenant - 67e R.I. (MPF)
  • MARTIN Ennemond, Soldat - 23e R.I (MPF)
  • MOTAIRE Eugene, Soldat - 249e R.I. (MPF)
  • MOTTET Charles Félix Louis, Brigadier - 54e R.A.C. (Campagne) (MPF)
  • TOURNOUD Henri, Sergent - 329e R.I. (MPF)
Une opération brillamment conduite, nous a rendus maîtres du village de Craonne et de plusieurs points d'appui à l'est et au nord de cette localité. Le chiffre des prisonniers faits par nous et jusqu'à présent dénombré est de 150.
Au nord-ouest de Reims, après une vive préparation d'artillerie, nous avons déclanché une attaque au cours de laquelle nos troupes ont enlevé les premières lignes allemandes sur un front de 4 kilomètres et ont fait 600 prisonniers, dont 8 officiers. En Champagne, lutte d'artillerie violente au sud et au sud-ouest de Moronvilliers.
Sur la rive gauche de la Meuse, deux coups de main sur les lignes adverses, l'un au Mort-Homme, l'autre au bois d'Avocourt, nous ont permis de ramener des prisonniers. A l'ouest du Mort-Homme, nous avons arrêté net une tentative ennemie.
Violent combat sur le front britannique, à l'ouest de Quéant et au nord de Fresnoy. De nombreuses réserves ennemies sont entrées en ligne. Les Anglais ont pénétré dans un secteur de la ligne Hindenburg et s'y sont maintenus, malgré d'incessantes contre-attaques. Ils ont enlevé le village de Fresnoy et un front de 3 kilomètres et capturé 900 Allemands.
M. Nilo Pecanha est nommé ministre des Affaires étrangères du Brésil.

Dimanche 6 mai

Les pertes du jour

  • ALLEMAND Raoul, sergent - 169 RI (MPF)
  • CASSE Etienne Joseph, Chasseur - 28e B.C.A. (MPF)
  • FIGUET Louis, Soldat - 65e R.I., 2e Cie de mitrailleuses (MPF)
  • GRANIER Albert Eugène, Adjudant - 19e R.I.  (MPF)
  • GUET Auguste, Cuirassier - 4e R.C. (Cuirassiers) (MPF)
  • MARTIN-BELLET Léon Casimir, Soldat - 414e R.I. (MPF)
  • MOREL Jean Antoine, Soldat - 222e R.I. (MPF)
Nos opérations se poursuivent, liées avec celles de l'armée britannique. Une attaque allemande, aux lisières de la haute forêt de Coucy, a échoué. Dans la région au nord-est de Soissons et sur le chemin des Dames, malgré une résistance acharnée de l'ennemi, qui a jeté des contingents importants dans la lutte, nous avons remporté de brillants succès.
Au sud-est de Vauxhaillon, nous avons attaqué le saillant de la ligne Hindenburg et enlevé les positions allemandes sur un front de 6 kilomètres. Nous avons porté nos lignes jusqu'aux abords immédiats de la route Soissons à Laon, au nord de Nanteuil-la-Fosse et de Sancy. L'ennemi a subi des pertes exceptionnellement élevées au cours des contre-attaques qu'il a multipliées.
Des colonnes allemandes aperçues en marche vers Chermizy et Chauconin, ont été prises sous le feu de nos batteries lourdes et dispersées.
Dans la région du chemin des Dames, nous avons occupé la totalité du plateau de l'est de Cerny-en-Laonnois, jusqu'à l'est de Craonne. Depuis la veille, nous avons fait 5300 prisonniers.
Le conflit qui avait éclaté entre le gouvernement provisoire russe et le comité de Tauride au sujet de la note aux Alliés a été réglé par compromis.
 

Lundi 7 mai

Les Allemands ont en général essayé de reprendre les positions conquises la veille par nous. Partout ils ont été repoussé.
Au nord-est de Soissons, nous avons complété nos succès et élargi le terrain occupé par nous. Nous avons enlevé plusieurs points d'appui importants au nord du moulin de Laffaux et au nord de Braye-en-Laonnois.
 
Lutte d'artillerie violente dans toute la région du chemin des Dames où les Allemands ont lancé de nouveau, dans la journée, de fortes contre-attaques sur nos positions de la ferme Froidmont, du plateau de Vauclerc et du secteur de Craonne. Nous leur avons infligé de grosses pertes.
Les prisonniers actuellement dénombrés atteignent le chiffre de 6100. Un de nos corps d'armée, opérant au nord de Braye-en-Laonnois, a fait, pour sa part, 1800 prisonniers et enlevé, sur un front de 4 kilomètres, la totalité de la ligne Siegfried.
Nos escadrilles de bombardement ont lancé 8500 kilos d'explosifs sur les établissements militaires, gares et bivouacs de l'ennemi, notamment sur les usines d'Hagondange. Plusieurs incendies ont été constatés.
 
  • ANNEQUIN Henri Paulin Joseph, soldat de 2e classe - 414e RI (MPF)
     
 

Mardi 8 mai

  • BAJAT Frédéric, Sergent - 414e R.I. (MPF)
  • CARRIER Julien,Soldat - 222e R.I. (MPF)
  • GALAMAND André Pierre, Soldat - 159e R.I. (MPF)
  • MICHOUD Joseph, Soldat - 414e R.I. (MPF)
  • PERRIN Léon Jean, Sergent - 133e R.I. (MPF)
Au cours de la journée, l'ennemi n'a pas renouvelé ses tentatives dans la région au nord du moulin de Laffaux et sur le chemin des Dames. La lutte d'artillerie s'est poursuivie avec violence, notamment vers Hurtebise et dans le secteur de Craonne, où nos troupes ont consolidé leurs positions sur le plateau de Californie. Au dire des prisonniers faits sur cette partie du front, quatre régiments frais, qui ont participé aux attaques infructueuses sur ce plateau, ont subi de très grosses pertes.
Au nord-ouest de Reims, nous avons réussi une opération de détail qui nous a permis d'élargir sensiblement nos positions au sud de Sapigneul. Une centaine de prisonniers, dont deux officiers, sont restés entre nos mains.
Sur le front britannique, l'ennemi a, par trois fois, contre-attaqué les positions de nos alliés au sud de la Souchez. La première vague, qui a réussi à atteindre la pente en avant des tranchées, a été détruite par les feux d'infanterie et de mitrailleuses. Les autres ont dû refluer en désordre. Pas un Allemand n'est parvenu jusqu'à nos alliés.
En Macédoine, nos troupes, de concert avec les contingents venizelistes, ont occupé les avancées ennemies sur un front de 5 kilomètres.
 

Mercredi 9 mai

  • BAILE Henry Joseph, Caporal - 23e R.I. (MPF)
  • BOUVET Elie Jean, Adjudant - 416e R.I. (MPF)
  • CHAVASSE-FRETTE Louis Victor, Soldat - 413e R.I. (MPF)
  • PALLOIX Alfred Louis, Soldat - 1er G.A. (Aérostation) (MPF)
Au nord-est de Soissons et sur le chemin des Dames, aucune réaction de l'infanterie ennemie au cours de la journée.
L'artillerie allemande, violemment contre-battue par la nôtre, a bombardé le secteur de Cerny-Hurtebise et la région de Craonne. Escarmouches à la grenade à l'est de Vauxaillon.
Canonnade intermittente sur le reste du front.
Du 1er au 7 mai, nos pilotes ont livré de nombreux combats aux aviateurs ennemis. Au cours de ces luttes aériennes, 25 avions allemands ont été abattus dont la destruction a été régulièrement constatée. En outre, 51 appareils allemands, sérieusement touchés, sont tombés dans leurs lignes. La destruction de la plupart d'entre eux est probable, mais n'a pu être contrôlée.
Canonnade habituelle sur le front italien.
M. Viviani et le maréchal Joffre ont échappé heureusement à un accident de chemin de fer en revenant de Kansas-City à Washington.
Les délégués des officiers russes, au nombre de 2000, ont fait une manifestation en faveur de la continuation de la guerre et du maintien d'un pacte étroit avec les Alliés.
Le président Wilson a été autorisé par le congrès de Washington, à prohiber toutes les exportations dont il jugerait utile d'interdire le départ.

 

 

Jeudi 10 mai

Vive lutte sur le chemin des Dames, où l'ennemi a tenté en divers points de nous rejeter des positions que nous avons précédemment conquises. Ses attaques ont eté partout repoussées.
Il a subi de sanglants échecs dans la région de Cerny, de la Bovelle et du monument d'Hurtebise.
Plus à l'est, un puissant effort a été tenté sur le plateau de Californie. Les vagues d'assaut allemandes, fauchées par nos barrages et nos mitrailleuses, ont, à plusieurs reprises, et malgré des pertes considérables, renouvelé leurs attaques pour nous rejeter de cette importante position. L'ennemi a pu prendre pied un instant sur le saillant nord-est du plateau, mais une charge à la baïonnette de nos troupes l'a refoulé en désordre. Nos positions ont été intégralement maintenues. Nous avons fait en tout 200 prisonniers.
Nous avons enlevé les tranchées de première ligne allemandes sur un front de 1200 mètres au nord-est de Chevreux : 160 prisonniers sont restés entre nos mains.
Au nord-ouest de Reims, une opération de détail, sur un front de 400 mètres, nous a permis de faire 100 prisonniers.
Les Anglais ont évacué Fresnoy ; ils ont repoussé l'ennemi près de Bullecourt.
Canonnades au nord-ouest de Saint-Quentin, vers Vaucourt et Arleux.
 
  • CHAPUIS Jules Ambroise, Soldat - 99e R.I. (MPF)
  • CONNESSON Georges Jean Adrien, Caporal - 84e R.I. (MPF)
  • DREVET Léon Louis, Soldat - 23e R.I. (MPF)
  • MORARD-LACROIX Albert François, Soldat - 416e R.I. (MPF)
  • PERRET Louis Joseph Étienne, Soldat - 110e R.I.T. (MPF)
  • PERRICHON Charles Martin, Soldat - 109e R.I.T.,  2e Cie (MPF)
  • TRUCHET Joseph Félix, Soldat - 99e R.I. (MPF)
  • VINCENDON Gaston Louis Antonin, Soldat - 30e R.I. (MPF)
  • ZALLIO Jean Baptiste André, Sergent - 99e R.I. (MPF)

 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
AVRIL 1917 - JUIN 1917
 
 



Créer un site
Créer un site