Mars 1916 au jour le jour

 
1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12-13-14-15-16-17-18-19-20-21-22-23-24-25-26-27-28-29-30-31

Mercredi ler mars
Entre Soissons et Reims, nous bombardons les points importants de l'arrière-front ennemi. En Champagne, nous bouleversons des organisations allemandes. Dans la région de Verdun, la canonnade sur le front nord, se fait moins intense. Aucune action d'infanterie. Les Allemands se retranchent sur les pentes Nord de la côte du Poivre dont la première crête est occupée par nos éléments avancés. Nous avons exécuté un tir sur Samogneux, où un bataillon ennemi s'était rassemblé. En Woëvre, les Allemands, après une violente préparation d'artillerie, ont pris Manheulles, mais nous avons fait une contre-attaque, pour nous installer à la lisière ouest de cette localité. Sur d'autres points, nos tirs d'artillerie ont empêché de se produire des offensives déjà esquissées. Canonnade dans les Vosges près de Senones et du Ban-de-Sapt. Près de Seppois, nous reprenons des éléments de tranchées. Sur le front belge, deux drachen ont rompu leurs amarres et sont tombés l'un devant la Panne, l'autre près de Coudekerque. Les aéronautes ont été capturés. Les journaux hollandais disent que les pertes allemandes devant Verdun sont énormes. Le croiseur-auxiliaire Provence II a coulé en Méditerranée. 870 personnes sur 1700 ont été sauvées. L'Allemagne et l'Autriche ont notifié officiellement à l'Amérique que la nouvelle guerre sous-marine s'ouvrait irrévocablement.

Dépôt d'obus de gros calibre à Verdun.


Pièce de 75 abritée tirant la nuit

La bataille de Verdun fut gagnée par notre 75 et depuis cette date glorieuse le "terrible petit Gustave", ainsi que l'appellent les Allemands, n'a pas failli à sa renommée. Mais, à mesure que la guerre se poursuit, le rôle des pièces de gros calibre prend chaque jour plus d'importance et c'est surtout l'artillerie lourde qui a tonné à Verdun. La première photo montre un dépôt de gros obus. Nos pièces en sont abondamment pourvues. Le second instantané est un effet de nuit d'un tir de 75.
Ils ne reviendront pas...
  • GOY Raymond Henri au 28e BCP
  • ARNAUD Louis Joseph Victor au 14e BCA
  • REYNAUD ARTHUS Célestin Constant au 5e RIC
  • Jeudi 2 mars
    En Belgique, action d'artillerie au sud de Boesinghe. A l'est de Reims, un détachement allemand qui tentait d'aborder notre front, s'est enfui sous notre feu en laissant des morts. Près de Verdun, le bombardement ennemi a continué sur la rive gauche de la Meuse (de Malancourt à Forges), sur la rive droite, vers Vaux et Damloup, et en Woëvre (Fresnes). A l'ouest de Pont-à-Mousson, nous bouleversons les organisations allemandes du bois le Prêtre et bombardons vers Thiaucourt. En Alsace, notre artillerie est active sur la Fecht et la Doller. Les russes progressent près de Dvinsk. Les colonels Egli et de Wattenwyll ont été acquittés par le tribunal de guerre de Zurich.
    Vendredi 3 mars
    Tirs de destruction par notre artillerie à l'est de Steenstraete. Nous détruisons un ouvrage ennemi près de Beuvraignes, entre Somme et Oise. Nous abattons un avion à Suippes. Nous concentrons nos feux en Argonne au nord de la Harazée et sur le bois de Cheppy. Au nord de Verdun et en Woëvre, l'activité de l'ennemi s'est de nouveau accrue, spécialement sur le Mort-Homme, la côte du Poivre et la région de Douaumont. Ici, les Allemands ont procédé à des attaques d'infanterie d'une extrême violence que nos feux ont brisées en infligeant à l'ennemi de grosses pertes. Au nord-est de Saint-Mihiel, nous avons bombardé la gare de Vigneulles. Nos avions ont jeté 44 obus sur Chambley, sur la gare de Bensdorf et 9 autres sur les établissements ennemis d'Avricourt. Le président Wilson a demandé au congrès américain de se prononcer sur la politique à suivre vis-à-vis de l'Allemagne. Les colonels suisses Egli et de Wattenwyl ont été mis en disponibilité.
    Samedi 4 mars
    Nous avons bombardé les cantonnements ennemis de Langemarck. Au nord de l'Aisne, une forte patrouille a été repoussée par nous avec des pertes. Nous avons opéré des tirs de destruction sur les ouvrages allemands à l'est de la Neuville. En Argonne, notre artillerie a bombardé les lignes de la Fille-Morte et du bois de Cheppy. Au nord de Verdun, lutte très chaude près du village de Douaumont, près de Vaux. Bombardement violent à l'ouest de la Meuse ainsi qu'en Woëvre. Nous avons concentré des feux sur des rassemblements allemands, spécialement près de Beaumont. En Haute-Alsace, nous enlevons des tranchées ennemies près de Seppois. L'adjudant Navarre a abattu son sixième avion allemand près de Douaumont. Les Anglais ont gagné du terrain près d'Ypres et fait 230 prisonniers. Le congrès américain a engagé le débat sur la politique navale allemande.
     
    Le 7 mars 
    Les Allemands ont déclanché une attaque en Champagne, entre le mont Têtu et Maisons-de-Champagne. A notre droite, ils ont été arrêtés par nos tirs de barrage. A notre gauche, ils ont pu pénétrer dans un petit bois. En Argonne (Courtes-Chausses), nous avons fait exploser une mine qui a détruit un poste allemand et nous avons occupée en partie l'entonnoir. Entre la Haute-Chevauchée et la cote 285, l'ennemi, après avoir fait sauter deux fourneaux, a pris pied en quelques points de notre première ligne. Mais au cours du combat, nous avons rejeté les agresseurs. A l'ouest de la Meuse, les Allemands ont violemment bombardé le front entre la rivière et Béthincourt, puis ils ont attaqué Forges. Ils se sont emparés du village. Mais les tentatives qu'ils ont faites pour déboucher sur la côte de l'Oie ont échoué. Lutte d'artillerie à l'est de la Meuse. A l'ouest de Pont-à-Mousson, notre artillerie endommage les organisations du bois du Jury. Trois zeppelins ont survolé le nord-est de l'Angleterre. Il y a 13 morts et des blessés. Les Russes ont progressé près de Dvinsk.
    Ils ne reviendront pas...?
  • BERTHELET René Joseph Jean au 21e BCP (MPF)
  • 10 mars 1916

    La 27e DI est engagée dans la BATAILLE DE VERDUN, d’abord par éléments, vers la ferme de Thiaumont et Damloup jusqu'au 21 mars.
    Les hommes du 140e
  • ARNAUD Jean, soldat (MPF)
  • BERTHET Claudius, soldat (MPF)
  • DUMAS Georges Emile, adjudant (MPF)
  • FABRIER Émile Joseph, caporal (MPF)
  • FAURE Louis, soldat (MPF)
  • LAMBERT Louis Marius, soldat (MPF)
  • la suite 
     
     



    Créer un site
    Créer un site