1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
 

Jeudi 1er mars


Assez grande activité des deux artilleries sur le front de part et d'autre de l'Avre. Des tentatives de reconnaissances ennemies dans la région de Roye ont échoué sous nos feux. Tirs efficaces de nos batteries sur les organisations allemandes du secteur de la cote 304.
Au nord de Dixmude, les Belges ont repoussé à la grenade une patrouille allemande qui tentait de s'approcher d'un poste au cours de la nuit. Violente lutte de bombes dans la région Steenstraete-Hetsas.
Les Anglais ont occupé Tilloy, Gommécourt et Puisieux. Ils ont encore exécuté par ailleurs plusieurs raids heureux et fait des prisonniers.
Sur le front italien, actions habituelles d'artillerie : activité des expéditions de reconnaissance. L'une d'elles a pénétré dans les tranchées ennemies à Boscoresali (Carso).
Des avions autrichiens ont bombardé Gorizia et le Vallone. Une escadrille italienne a bombardé les campements adverses près de Serrada, aux sources de l'Astico.
Sur le front roumain, les Austro-Allemands ont attaqué les positions russes des deux côtés de la chaussée Jacobeni-Kampolung et occupé plusieurs collines; l'une de celles-ci a été reprise par nos alliés.
 

Vendredi 2 mars

En Champagne, un coup de main effectué par nous sur une tranchée allemande, dans la région de Tahure, nous a permis de ramener des prisonniers. Action d'artillerie assez violente sur le front les Chambrettes-Bezonvaux.
Sur le front belge, violente lutte d'artillerie dans la région de Ramscapelle, Dixmude, Steenstraete, Hetsas. Le chiffre des prisonniers faits par les Anglais s'élève à 2133 pour février, dont 36 officiers.
Les Allemands ont continué à se retirer sur l'Ancre. Nos alliés ont encore progressé au nord de Miraumont de 540 mètres sur un front de 2400 mètres.
Un raid exécuté à la suite d'une émission de gaz, au sud de Souchez, leur a permis de faire un certain nombre de prisonniers. Un de leurs détachements a également pénétré dans les tranchées allemandes, au nord-est de Givenchy et la Bassée et ramené 9 prisonniers. Des détachements ennemis étaient parvenus, à la faveur d'un violent bombardement, à atteindre les positions britanniques vers Ablaincourt et Haucourt. I1s en ont été rejetés par des contre-attaques.
Les Russes ont repris une partie des positions qu'ils avaient perdues sur la chaussée Jacobeni-Kampolung.
L'Associated Press américaine publie un document prouvant que l'Allemagne voulait pousser le Mexique contre les Etats-Unis.
 
COLLET MATTRAT Alphonse Joseph
décède à l'hôpital mixte d'Anger (49).
Il appartenait au 3e BCA - chasseurs d'Afrique. (MPF)

GUILLOT Louis Joseph au 222e RI meurt des suites de ses blessures (MPF)
 

Samedi 3 mars

Notre artillerie a bombardé avec succès 1es organisations ennemies au nord de l'Aisne et sur la rive gauche de la Meuse.
Un avion ennemi a jeté aux abords de Compiègne quelques bombes qui n'ont causé que des dégats matériels sans importance. Deux autres avions ennemis ont bonbardé Montdidier : Un mort et trois blessés. Une de nos escadrilles, composée de onze appareils, a opéré sur les baraquements de Guiscard, la gare d'Appilly et celle de Baboeuf (Oise), où un incendie s'est déclaré.
Les Anglais ont effectué une nouvelle progression au nord de Warlencourt-Eaucourt et au nord-ouest de Puisieux-au-Mont. Ils ont rejeté des contre-attaques dirigées contre leurs positions au nord-est de Gueudecourt et au nord-ouest de Ligny-Thilloy. Sur l'Ancre, ils ont fait 128 prisonniers et ont capturé du ntatériel. Ils ont réussi des coups de main vers Angres et Calonne et au nord-est de Loos.
Canonnade près de Gorizia sur le front italien.
Les Roumano-Russes ont reperdu quelque terrain près de Jacobeni.
La Chambre des représentants de Washington a voté par 403 voix contre 13 l'élargissement des pouvoirs du président.
Le Japon a confirmé aux Etats-Unis ses intentions amicales.
 
ACHARD-LOMBARD Amédée Louis, Chasseur au 14e B.C.A., meurt de maladie à l'hôpital militaire d'Epinal (88) (MPF)

Dimanche 4 mars

Lutte d'artillerie assez active entre Oise et Aisne dans la région sud de Nouvron et en Alsace dans le secteur de Burnhaupt.
Faible canonnade sur le front belge. Les Anglais ont accompli une nouvelle progression au nord de Puisieux, au nord et à l'est de Gommécourt. En dépit de la résistance opiniâtre de l'ennemi, ils ont avancé leur ligne de 400 mètres en moyenne sur un front de 8 kilomètres environ.
Ils ont enrayé par leurs tirs de barrage et leurs feux d'infanterie une contre-attaque sur leurs positions avancées au nord-est de Gommécourt. Ils ont réoccupé intégralement une tranchée qui avait été d'abord évacuée par leurs troupes. Deux de leurs postes ont été attaqués au nord-ouest de Roye. Quelques hommes ont disparu. Une forte patrouille qui tentait d'aborder les lignes à l'est de Givenchy-les-la Bassée a été arrêtée par les feux d'infanterie de nos alliés.
L'Allemagne a avoué, dans une note officieuse, ses intrigues au Mexique.
Le président Wilson a reçu des assurances d'un certain nombre de républiques sud-américaines.
Le maréchal Conrad de Hoetzennorf, chef d'état-major général de l'armée austro-hongroise, a été remplacé en sa fonction par le genéral Von Arz.
 
  • BERRE François, Soldat - 222e R.I. (MPF)
  • BERTHOLET Paul Joseph, Soldat - 222e R.I. (MPF)
  • BONIN Auguste Alexandre, Caporal - 299e R.I. (MPF)
  • BRUN Hippolyte Émile, Soldat - 111e R.I. (MPF)
  • LHÉRITIER Antony, Sous-lieutenant - 222e R.I. (MPF)
  • NAQUIN Eugène Louis, Caporal - 222e R.I. (MPF)
   

Lundi 5 mars

Entre Oise et Aisne, nos détachements ont pénétré dans les positions adverses au sud de Nouvron jusqu'à la deuxième tranchée allemande et ont opéré d'importantes destructions.
Un coup de main ennemi dirigé plus à l'ouest, sur nos postes de la région de Haute-braye, a échoué sous nos feux.
Sur la rive gauche de la Meuse, nos batteries ont pris sous leurs feux et dispersé un détachement ennemi au nord de Regnéville.
A l'est de la Meuse, la lutte d'artillerie a été violente dans le secteur du bois des Caurières. Une attaque allemande, consécutive au bombardement intense signalé dans la région, au nord d'Eix, a été déclenchée sur nos positions de la Fieveterie. L'ennemi, qui avait réussi à pénétrer dans nos premiers éléments, en a été complètement rejeté par nos feux et nos contre-attaques. Notre ligne est entièrement rétablie.
En Alsace nous avons repoussé des partis ennemis, dans les secteurs d'Amertzwiller et de Burnhaupt.
Nos escadrilles de bombardement ont lancé des projectiles sur les hangars de Frescaty, la poudrerie de Bons, les hauts fourneaux de Woefling et la gare de Delme.
Les Anglais ont enlevé les premières lignes et lignes de soutien ennemies à l'est de Bouchavesnes. Ils ont fait 173 prisonniers. Ils ont réalisé une avance de 1100 mètres sur un front de 3200, à l'est de Gommécourt.
Un contre-torpilleur britannique a coulé en mer du Nord.
 
  • AUDIBERT Jean Baptiste, Sous-lieutenant - 222e R.I
  • CHARRETON Paul Ernest, Soldat - 229e R.I.
  • DUBOIS François, Soldat - 222e R.I. 
  • ROYER Joannès, Soldat - 222e R.I.
  • UGNON Barthélémy, Soldat - 222e R.I. 
   

Mardi 6 mars

Nos reconnaissances ont réussi plusieurs coups de main, notamment au nord-ouest de Tracy-le-Val et au bois d'Avocourt. Vers Troyon, dans la région de Reims et à la cote 304, nous avons arrêté des tentatives de coups de main ennemies.
Sur la rive droite de la Meuse, le bombardement dirigé par l'ennemi sur la région du bois des Caurières a redoublé d'intensité et a été suivi d'une violente attaque sur un front de 3 kilomètres, entre la ferme des Chambrettes et Bezonvaux. Entre le bois des Caurières et Bezonvaux, les efforts répétés des Allemands ont échoué sous nos tirs de barrage et de mitrailleuses. L'ennemi avait pu prendre pied dans nos éléments avancés au nord du bois des Caurières, mais il a été rejeté ensuite d'une partie de ces éléments.
A l'ouest de Pont-à-Mousson, une tentative allemande sur une de nos tranchées au nord de Flirey a complètement échoué sous nos feux. Nos tirs de destruction ont bouleversé les travaux de l'adversaire dans le secteur de la forêt de Bezanges.
Nous avons abattu deux avions allemands, l'un près d'Autrecourt (Meuse), l'autre vers Mampeel (Oise); Un troisième a été descendu en Alsace.
Succès italien dans le Haut-Tyrol.
Echec turc en Perse.
La session du Sénat américain s'est close sans que la loi de neutralité armée ait été votée. C'est le résultat de l'obstruction de quelques sénateurs. 83 membres de l'assemblée sur 96 ont exprimé à M. Wilson leur volonté de s'associer au projet.
 
  • MERLOZ Marius Désiré, Canonnier - 121e R.A.L.H.,  62e batterie (MPF)

Mercredi 7 mars

Entre Oise et Aisne, nos tirs de destruction ont bouleversé les organisations allemandes au nord-ouest de Moulin-sous-Touvent et démoli des casemates et des abris au nord d'Autrèches.
Sur la rive droite de la Meuse, la lutte s'est poursuivie au nord du bois des Caurières. Les Allemands ont essayé de nous chasser de nouveau des éléments de tranchée reconquis par nous. Toutes leurs tentatives ont été brisées par nos feux et nos contre-attaques. La lutte d'artillerie continue dans la région au nord de Douaumont.
Deux coups de main exécutés par nous, l'un au sud de Lassigny, l'autre dans le secteur d'Ammertzwiller, nous ont permis de faire des prisonniers.
L'artillerie belge a bombardé avec succès les organisations ennemies de la région d'Hetsas. Lutte de bombes vers Steenstraete.
Les Anglais ont progressé au nord-ouest d'Irles et au nord de Puisieux-au-Mont. Un coup de main a été exécuté sur les tranchées allemandes à l'est de Bouchavesnes. Des détachements ennemis, qui se formaient en vue d'une contre-attaque, ont été dispersés par l'artillerie.
Les troupes russes ont continué leur avance en Perse.
Les Italiens ont repoussé deux violentes attaques autrichiennes.
Le président Wilson, dans un discours inaugural du Capitole, a dit que l'Amérique pourrait être mêlée intimement à la lutte.
 
 

Jeudi 8 mars

Entre Oise et Aisne, nous avons exécuté un coup de main sur les tranchées adverses de Quennevières et ramené 15 prisonniers.
En Argonne, dans la région du Four-de-Paris, nous avons fait exploser une mine dont nous avons occupé l'entonnoir.
Sur le front de Verdun, nos batteries ont pris sous leur feu des détachements ennemis à la lisière nord du bois de Malancourt.
Les Allemands ont tenté plusieurs coups de main au nord-est de Flirey. Au bois Bouchot (nord de Saint-Mihiel) et vers Ammertzwiller : nos tirs de barrage ont arrêté net l'ennemi et lui ont infligé des pertes.
Les troupes anglo-indiennes, continuant leur marche en Mésopotamie, sont à 14 kilomètres de Ctésiphon, soit à 64 kilomètres de Bagdad. Les Anglo-Egyptiens ont obtenu un nouveau succès sur les Turcs dans la région du Sinaï. Les Russes ont poussé assez loin en avant d'Hamadan, en Perse. Ils se sont emparés du col d'Asade-Abad.
Le contre-torpilleur Cassini a été coulé en Méditerranée par un sous-marin ennemi. Il y a 127 victimes.
 
 

Vendredi 9 mars

Entre Oise et Aisne, actions d'artillerie assez vives et rencontres de patrouilles dans la région de Moulins-sous-Touvent.
En Champagne, après une intense préparation d'artillerie, nos troupes ont réussi à enlever la majeure partie du saillant occupé par l'ennemi le 15 février, entre la Butte-du-Mesnil et Maisons-de-Champagne. 100 prisonniers dont 2 officiers sont restés entre nos mains.
Sur la rive gauche de la Meuse, nos tirs d'artillerie ont bouleversé les organisations allemandes entre la cote 304 et le bois d'Avocourt.
En Lorraine, au nord-est d'Emberménil, nos détachements ont pénétré dans les tranchées allemandes et ont ramené une quinzaine de prisonniers après avoir effectué de nombreuses destructions.
Les Anglais ont continué à progresser sur les deux rives de l'Ancre.
En Mésopotamie, les troupes anglo-indiennes sont arrivées à 8 milles au sud de Bagdad.
Le comte Zeppelin est mort.
 
 

Samedi 10 mars

Dans la région de Crapeaumesnil (sud de Roye) et près d'Auberive, nos détachements ont pénétré sur plusieurs points dans les tranchées adverses où des destructions importantes ont été effectuées. Au cours de ces actions, nous avons fait une vingtaine de prisonniers.
Dans le secteur de Maisons-de-Champagne, les Allemands ont à trois reprises lancé des contre-attaques violentes sur les positions reconquises par nous. Nos tirs de barrage et nos feux de mitrailleuses ont brisé partout les efforts de l'adversaire qui a dû se retirer, laissant un grand nombre de cadavres sur le terrain. De notre côté, nous avons réalisé des progrès au cours de la journée et enlevé de nouvelles tranchées au nord de la route qui va de la Butte-du-Menil à Maisons-de-Champagne. Le chiffre total des prisonniers faits par nous dans cette région s'élève à 170 dont 4 officiers.
Les Russes, dans la région d'Olay, ont infligé un échec aux Allemands.
En Arménie, dans la direction de Suvai, les éclaireurs russes ont attaqué les Turcs et se sont emparés de leur tranchée. Nos alliés ont également progressé au sud du lac d'Ourmia.
 
 
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
 
 



Créer un site
Créer un site