Novembre 1914 au jour le jour

 
1er - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30
1er novembre 1914

Les Allemands se sont livrés à une offensive furieuse, mais sans résultat sur toute notre ligne de front.
En Flandre, nos avances et nos reculs se compensent, comme au nord de l'Aisne. L'ennemi a subi des pertes énormes qui viennent encore s'ajouter à toutes les pertes des derniers jours. Guillaume II a évidemment donné ordre de nous percer coûte que coûte, mais l'ordre est d'une exécution difficile.
Les Russes vont pouvoir cheminer sans coup férir jusqu'à la frontière silésienne : l'état-major allemand annonce que ses troupes ont été rappelées en arrière jusqu'au moment où la bataille aura été terminée en Flandre.
La flotte russe pourchasse le Goeben et le Breslau dans la mer Noire. Mais la situation est loin d'apparaître claire, car on affirme maintenant que la Turquie aurait donné des assurances pacifiques, le 28 encore, à l'ambassadeur d Angleterre.
Le gouvernement japonais a prescrit l'attaque générale de Tsing-Tao sur terre et sur mer.
Les Italiens ont occupé l'ile de Saseno, qui ferme l'entrée de la rade Vallona dans l'Adriatique. 




 
Le Kaiser
2 novembre 1914

Les Allemands continuant leurs attaques autour d'Ypres ont été partout repoussés par nos troupes. Ils n'ont pas été plus heureux dans la région de la Lys, ni dans l'Argonne. Mais nous avons remporté quelques avantages au nord-est de Reims et dans les Vosges. Dans la dernière semaine écoulée, près de 8.000 prisonniers ennemis ont été internés chez nous.
La rupture est consommée entre La Triple Entente et la Turquie. Les trois ambassadeurs de Russie, d'Angleterre et de France à Constantinople, M.de Giers, sir Louis Mallet et M. Bompard ont demandé leurs passeports et ont quitté la capitale ottomane. L'Angleterre a publié un long exposé où elle énumère les provocations commises par la Turquie à l'adresse de la Triple Entente et en particulier les préparatifs accomplis par Enver bey à la frontière d'Egypte.
Une crise ministérielle a éclaté en Italie. Le ministre du Trésor, M.Robini, en démissionnant, a entraîné la démission du cabinet tout entier. Un nouveau ministère se reconstituerait sur des bases élargies. M. Sonnino y prendrait, dit-on, le portefeuille des Affaires étrangères.
Les Russes continuent à marcher sur tout le front de Pologne, faisant chaque jour de nouveaux prisonniers. En Prusse orientale, ils ont détruit plusieurs régiments allemands détachés des garnisons de Koenigsberg et de Dantzig.
Les Monténégrins ont fait sauter l'un des forts de Cattaro.




 
Citation à l'ordre de l'armée

Cliquez ici pour modifier le texte
3 novembre 1914

Toujours de violents combats autour de Dixmude et d'Arras, autour du Quesnoy-en-Santerre et au nord de l'Aisne. L'ennemi n'avance pas d'une ligne ; au contraire, c'est nous qui progressons.
Guillaume II s'est fait décerner la croix de Fer par les autres souverains allemands; on ne dit pas sur quel champ de bataille il l'a gagnée.
Le gouvernement français, à son tour, publie l'exposé de ses griefs contre la Porte et des négociations qui ont eu lieu à Constantinople.
La Bulgarie proclame sa volonté de rester neutre dans le nouveau conflit oriental.
4 novembre 1914

Les Allemands ont abandonné presque complètement la rive gauche de l'Yser, dont les passages ont été réoccupés par les troupes alliées. Sur la Lys, nos positions sont maintenues comme sur la Scarpe et sur l'Aisne. Au nord-ouest de Pont-à-Mousson, nous avançons avec méthode.

Le communiqué belge, qui ajoute de nombreux détails au bullettin français atteste que la situation est bonne pour les forces alliées dans le nord de la France.
Trois Taube ont été détruits par nos soldats à Souain, entre Reims et l'Argonne.
L'empereur Nicolas II est parti une fois de plus pour le front de son armée qui, maintenant, en Pologne, est arrivée à 40 kilomètres de la frontière prussienne.
Les autorités autrichiennes se sont enfuies de Cattaro.
Une note de l'amirauté anglaise annonce que la mer du Nord est interdite aux navires marchands, l'Allemagne y ayant fait poser des mines par des bâtiments battant pavillon neutre.
Le ministre de Serbie, suivant l'exemple, des ambassadeurs de France et d'Angleterre et de Russie, a quitté Constantinople.
Un croiseur anglais, le Minerva, a bombardé Akaba, au pied du massif du Sinaï, et qui est le premier fort turc en venant de la frontière égyptienne.
La Perse dément qu'elle ait un accord avec la Turquie.
Le gendre et successeur de Krupp est nommé docteur de l'Université de Bonn. C'est le salut des intellectuels allemands au mortier 420.
L'innondation de l'Yser


Sur la côte belge : un des monitors britanniques que leur faible tirant d'eau rend presque invulnérables aux torpilles et qui canonnent avec succès des positions allemandes dans la région des dunes.


Devant ce qui était une tranchée allemande avant l'inondation : c'est dans le voisinage qu'ont été retrouvés deux gros obusiers abandonnés par l'ennemi au milieu de la nappe d'eau.
 

 
Visite d'un état-major des alliés à la zone inondée, dans la région de Ramscapelle, au sud de Nieuport
 
Citations à l'ordre de l'armée
 


Journal officiel de la République Française
du 9 décembre 1914



 
 5 novembre 1914

Les Allemands, qui voulaient franchir l'Yser, battent réellement en retraite, malgré leur grand nombre : ils étaient, paraît-il, 500.000, mais auraient perdu 100.000 hommes... Sur les pentes au nord de l'Aisne, vers Vailly, nous avons regagné à peu près tout le terrain cédé.
Les troupes russes, qui poursuivaient à gauche de la Vistule, les Austro-Allemands vaincus ont repris Kielce et un grand nombre de localités en arrière, dans la direction de la frontière silésienne. Le quartier général allemand a été transporté à Gentoschau, près de cette frontière. Von Hindenburg n'est pas plus heureux en Prusse orientale, où se dessine progressivement l'offensive de nos alliés.
La flotte allemande a fait son apparition sur la côte orientale anglaise, à Yarmouth, mais elle a dû se retirer devant l'arrivée de l'escadre anglaise, après avoir, il est vrai, coulé un sous-marin.
Les forces navales franco-anglaises ont bombardé l'entrée du détroit des Dardanelles où l'on croit qu'un fort aurait sauté. De leur côté, les troupes russes de Transcaucasie ont franchi la frontière de l'Arménie ottomane. Le cabinet de Constantinople est d'ailleurs loin d'être uni, et plusieurs ministres, dont le ministre des Finances Djavid bey, ont démissionné pour ne point se solidariser avec la politique insensée d'Enver bey.
La forteresse allemande de Kiao-Tcheou, sur le littoral chinois, est sur le point d'être anéantie par le bombardement qu'opèrent les Japonais. Un croiseur allemand a coulé dans le port.
Le cabinet italien est complètement formé. C'est M. Sonnino, déjà deux fois président du Conseil, qui prend le portefeuille des Affaires étrangères.



Retour haut de page
7 novembre 1914
 
Citations à l'ordre de l'armée



 
Journal officiel de la République Française 
du 9 décembre 1914
8 novembre 1914

Citations à l'ordre de l'armée publiées au Journal officiel de la République Française du 9 décembre 1914

 
13 novembre 1914
 
Inscrits au tableau pour la médaille militaire


Journal officiel du 7 décembre 1914
 
Cliquez ici pour modifier le texte
Cliquez ici pour modifier le texte
 
 



Créer un site
Créer un site