Septembre 1915
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30

 

Mercredi 1er septembre
Violente canonnade sur l'ensemble du front, où nos batteries opèrent efficacement contre les tranchées ennemies.
Ces actions d'artillerie sont particulièrement vives en Belgique (Hetsas), en Artois (Neuville), en Woëvre septentrionale, en forêt d'Apremont et au nord de Flirey.
L'ennemi a lancé encore, sur Arras, quelques obus de gros calibre.
Les Allemands, au front oriental, livrent de violents combats sur les positions à l'ouest de Friedrichstadt, et vers Dwinsk, où les Russes, en plusieurs points, sont passés à l'offensive. Dans l'ensemble, l'armée russe continue à battre en retraite régulièrement couverte par de fortes arrière-gardes. Celles-ci ont arrêté une grande offensive sur le front Proujany-Gorodetz.
Les Italiens ont occupé, après un brillant assaut, la Cima Cista, dans le Val Sugana. Ils ont repoussé, en Carnie, une attaque autrichienne contre le val Piccolo: dans le bassin de Plezzo, ils ont dépassé cette localité, ils ont progressé dans le secteur de Tolmino, et enlevé des tranchées dans le Carso. Leurs avions ont bombardé plusieurs gares et campements.
Un aviateur a détruit le grand hangar de Gand.
Les Italiens qui n'avaient pu encore s'échapper de Turquie sont retenus comme otages.
Le Vorwaerts, journal socialiste de Berlin, dit que l'Allemagne court à une guerre civile.
L'aviateur Pégoud est mort au champ d'honneur.
 
 
Jeudi 9 septembre
Actions d'artillerie : en Belgique, au nord d'Ypres; en Artois, autour d'Arras; dans le secteur de Roye; entre Oise et Aisne; en Champagne, entre Reims et l'Argonne, et en Woëvre septentrionale.
Dans la partie occidentale de l'Argonne, les Allemands ont, après un bombardement intense, avec large emploi d'obus suffocants, prononcé contre nos positions une attaque menée par deux divisions. Ils ont, sur quelques points, pris pied dans nos tranchées avancées. Mais une violente contre-attaque de notre part a déterminé leur échec dans leur nouvelle tentative de rupture de notre front.
Pour riposter au raid des taubes au-dessus de Nancy, une escadrille française a lancé des obus sur les établissements militaires de Frescaty et sur la gare des Sablons, à Metz.
Trois zeppelins ont opéré au-dessus de la côte orientale de l'Angleterre: dix morts, quarante-trois blessés.
La situation demeure stationnaire sur le front russe. Le grand-duc Nicolas est chargé, par rescrit du tsar, du commandement de l'armée du Caucase.
Le sultan de Turquie a lancé un suprême appel à l'empereur d'Allemagne. La situation, en effet, devient de plus en plus précaire à Constantinople.
Les Italiens ont remporté un succès dans le secteur de Tolmino.
Plusieurs bâtiments français ont été coulés par un sous-marin allemand dans l'Atlantique (au large de la pointe de la Coubre et de Belle-Isle).

 
Vendredi 10 septembre
Lutte de grenades et fusillade en Artois (Neuville et Roclincourt). Canonnade autour d'Arras et de Roye. En Argonne (la Fontaine-aux-Charmes), les Allemands, après avoir vainement renouvelé leurs attaques acharnées ont cessé toute offensive d'infanterie. Ils se sont bornés à faire tonner leurs batteries. Nous avons fait des prisonniers.
Quelques engagements à notre avantage dans la forêt de Parroy (Lorraine).
Dans les Vosges, combat à la grenade près de Metzeral.
Canonnade en Woëvre, au bois d'Apremont et au bois Mortmare.
Sur le front russe, la situation reste stationnaire dans le secteur nord (régions de Dwinsk-Vilna et Riga). Dans la région de Grodno, l'offensive allemande a été arrêtée. En Galicie, nos alliés ont remporté plusieurs brillants succès près de Tarnopol. Ils ont pris en tout 12.000 officiers et soldats ainsi qu'un certain nombre de canons.
M. Bark, ministre des Finances de Russie, est parti pour Londres.
Les Anglais ont eu à subir encore un raid de zeppelins (comtés de l'Est, district de Londres), qui a fait vingt morts et quatre-vingt-six blessés.
L'Allemagne, à la suite d'incidents de piraterie navale, a dû exprimer ses regrets à la Hollande et au Danemark.
Le canon tonne violemment dans la presqu'île de Gallipoli.

 
Samedi 11 septembre
Lutte d'artillerie en Belgique (Nieuport, Streenstraete); autour d'Arras, devant Roye et en Champagne (d'Auberive à Souains).
En Argonne, combats de grenades et fusillades de tranchée à tranchée devant La Harazée. L'ennemi bombarde la Fontaine-aux-Charmes et prononce une attaque entre Saint-Hubert et La Harazée. Il est refoulé.
Action d'artillerie dans les régions de Flirey et de Saint-Dié.
Dans les Vosges, attaques allemandes, à l'aide de gaz suffocants, du Linge au Barrenkopf. Violents combats au Schratzmaennele. Plusieurs offensives ennemies ont échoué à l'Hartmannswillerkopf.
Deux avions allemands ont bombardé Compiègne sans atteindre personne. Un autre a été capturé dans le Santerre; six autres ont essayé de survoler Ste-Menehould, mais ont dû rebrousser chemin devant le feu de nos batteries.
Le communiqué du maréchal French annonce que deux taubes ont été descendus dans le secteur anglais.
Les Russes ont remporté un nouveau succès en Galicie, élevant à 17.000 le total de leurs prisonniers.
Le gouvernement américain a réclamé du cabinet de Vienne le rappel de l'ambassadeur Dumba, qui avait commis dans les affaires intérieures de l'Union des intrusions illicites.

 

Dimanche 12 septembre
Activité d'artillerie en Artois (Neuville, Roclincourt, sud d'Arras), et au sud de la Somme, aux environs de Roye.
Entre Somme et Oise, lutte de mines (Fay). Nous avons bombardé les tranchées et travaux ennemis.
Sur le canal de l'Aisne à la Marne, les Allemands ont tenté, à deux reprises, un coup de main, près de Sapigneul. Ils ont été repoussés.
Combats à coups de bombes et de pétards en Argonne, à Saint-Hubert et aux Courtes-Chausses.
Canonnade à l'est des Eparges et en Lorraine (Arracourt, Parroy, Leintrey, régions de la Loutre et de la Vezouse).
L'Allemagne a adressé aux Etats-Unis une réponse qui constitue une sorte de défi au sujet de l'Arabic. Elle prétend que l'Arabic avait voulu attaquer le sous-marin qui l'a torpillé.
Les Russes contiennent victorieusement l'ennemi sur tout le front de la Drina au Sereth. Ils ont même repris l'offensive sur quelques points et capturé 5000 Autrichiens en Galicie.
Le gouvernement russe négocie avec le parti progressiste de la Douma au sujet des remaniements d'ordre constitutionnel à opérer.
Une fois de plus, mais sans fournir une preuve sérieuse, la presse allemande donne l'accord turco-bulgare comme conclu.
Le cargo-boat Aude a été torpillé en Méditerranée. Il n'y a pas eu de pertes de vies humaines.

 
Lundi 13 septembre
Combats incessants d'artillerie en Artois, autour de Neuville spécialement, au sud de la Scarpe, dans la région de Roye, au nord de l'Aisne, sur les plateaux entre Paissy et Craonnelle. Sur ce dernier secteur, l'artillerie allemande a tonné avec violence, en usant de ses canons de tous calibres et nous avons répondu par des tirs efficaces sur les tranchées et les batteries ennemies.
Des rencontres de patrouilles ont eu lieu près de Roye, à Andéchy. Une tentative ennemie contre notre poste avancé de Sapigneul a été, comme les précédentes, repoussée.
Canonnade en Champagne (Auberive,Saint-Hilaire); entre Meuse et Moselle, dans le bois de Mortmare; sur le front de Lorraine, près de Nomény et de Xousse, ainsi que dans la région du Ban-de-Sapt.
Le calme règne aux Dardanelles. Les Turcs ont ouvert des feux violents d'artillerie et d'infanterie, mais sans sortir de leurs tranchées dans la zone nord. Dans la zone sud, nos mortiers de tranchées ont infligé des pertes sensibles à l'ennemi.
Les Russes semblent dominer la situation dans la plupart des secteurs du front et ils ont continué à faire des prisonniers en grand nombre.
Le gouvernement allemand dément officiellement que Tirpitz soit en disgrâce.
Un nouveau raid de zeppelins a eu lieu sur la côte orientale de l'Angleterre, mais il n'a causé ni pertes de vies, ni dommages matériels.

 

Mardi 14 septembre.
Cannonade sur l'Yser et en Artois (Neuville, Roclincourt, Wailly). Au nord de l'Oise, nous avons opéré des tirs de destruction sur les organisations ennemies et les ouvrages de Beuvraignes. Nous avons dispersé plusieurs partis d'infanterie devant Andechy.
Sur le canal de l'Aisne à la Marne, nous avons bombardé les ouvrages et cantonnements allemands aux environs de Sapigneul et de la Neuville (région de Berry-au-Bac).
Canonnade et lutte de bombes en Champagne, en Argonne, entre Meuse et Moselle.
Bombardement dans les Vosges ( Metzeral, Sudelkopf).
Dix-neuf avions, à titre de représailles contre les bombardements de Lunéville et de Compiègne, par les taubes, ont survolé la ville de Trèves et y ont lancé 100 obus, atteignant la gare et la Banque d'Empire. Après avoir atterri dans nos lignes, ils sont repartis et ont jeté 58 obus sur la gare de Dommary-Baroncourt. D'autres ont bombardé la gare de Donaueschingen, sur le Danube, et celle de Marbach.
L'offensive russe se poursuit victorieusement en Galicie où plusieurs milliers d'Autrichiens ont été capturés.
Un raid de zeppelins en Angleterre a encore une fois avorté.
Le submersible Papin a coulé plusieurs torpilleurs autrichiens dans l'Adriatique.
Le comte Bernstorff, dans une interview qu'il n'a que mollement démentie, a proféré des menaces pour l'Amérique.

 
Mercredi 15 septembre
 
Les pertes du jour sur le département  
Lutte d'artillerie toujours vive sur le front d'Artois, au sud de la Somme (Tilloloy, le Cessier, Beuvraignes); dans le secteur de Nouvron, sur le canal de l'Aisne à la Marne vers Sapigneul et le Godat; en Champagne, au nord du camp de Châlons et sur la lisière occidentale de l'Argonne.
Au bois de Mortmare, nous avons fait cesser le feu des mitrailleuses ennemies et exécuté des tirs efficaces sur des saillants de la ligne allemande.
Canonnade encore en forêt d'Apremont, au nord de Flirey et près d'Emberménil.
Un raid de zeppelins sur l'Angleterre est demeuré infructueux. L'amiral sir Scott a été chargé de la défense de Londres contre les aéronefs.
Les Italiens ont largement progressé dans le bassin de Plezzo, sur l'Isonzo. Ils ont repoussé une attaque près de Plava.
Les Russes ont rejeté toute une série d'offensives allemandes dans les secteurs septentrionaux de leur front. Ils ont culbuté les Austro-Allemands sur le Sereth.
Le docteur Dumba, ambassadeur d'Autriche à Wahington, dont M. Wilson a demandé le rappel, s'embarquera, dit-il, prochainement pour l'Europe.

 
 
 



Créer un site
Créer un site