Jeudi 13 septembre

Aucune action d'infanterie. Activité moyenne de l'artillerie sur la plus grande partie du front, plus marquée en Belgique et sur la rive droite de la Meuse.
Quatre avions allemands ont été abattus par nos pilotes. Dix autres appareils ennemis sont tombés dans leur ligne gravement endommagés. Nos avions de bombardement ont lancé de nombreux projectiles sur les gares de Roulers, Cortemark, Staden, le terrain d'aviation de Colmar, les gares de Conflans-Jarny, les usines militaires au sud-est de Sarrebourg.
Les Anglais ont développé leurs succès de détail près de Villeret et conquis 400 mètres de tranchées allemandes. Ils ont fait, en outre, des prisonniers. Ils ont ensuite repoussé successivement trois attaques. Ils ont réussi des coups de main au nord-est de Gueudecourt et au sud de Lombaertzyde.
Actions d'artillerie sur le front italien. Les Autrichiens ont subi un échec près du lac de Ledro et un autre sur le San Gabriele. Aux bouches du Timavo, leurs détachements d'assaut ont été mis en fuite.
En Albanie, succès franco-italien au sud-est de Berat.
En Macédoine, les Italiens rejettent un détachement ennemi. Canonnade dans la région de Monastir. Dans la région des lacs, nos troupes ont enlevé le village de Pogradec, et repoussé les Bulgares à 4 kilomètres de là.


Ils ne reviendront pas....
ROYBON Joseph Marius Alphonse au 222e RI  (MPF)
 

Vendredi 14 septembre

En Belgique, la lutte d'artillerie reste très violente, dans la région de Bixschoote.
Sur le front, au nord de l'Aisne, notre artillerie, dominant les batteries allemandes particulièrement actives dans la région au sud de Juvincourt, a rendu impossible toute attaque de l'infanterie.
En Champagne, nous avons repoussé plusieurs coups de main ennemis dans le secteur de la Main-de-Massiges, à l'est de la Butte-du-Mesnil, au nord et au nord-ouest de Saint-Hilaire.
Canonnade dans la région des Monts.
Activité de l'artillerie sur la rive droite de la Meuse, dans la région des Caurières, sans action d'artillerie.
En Alsace, un coup de main sur les tranchées allemandes, à l'ouest du village du Bonhomme, nous a permis de ramener des prisonniers.
Des avions allemands ont bombardé la région de Dunkerque. Notre aviation a bombardé Hooglede, Cortemark, Gils, Gûte et les terrains d'aviation près de Thourout.
En Macédoine, canonnade près de Monastir. Dans la région des lacs, nos troupes ont atteint Momulista ( près du lac d'Okrida ) et la cote 1704 (10 kilomètres nord-ouest de Momulista). Elles ont capturé 160 prisonniers, 2 canons et 3 mitrailleuses.
Les Autrichiens ont subi un échec au San Gabriele.
Après avoir pris les armes contre lui, Kornilof a offert à Kerenski de se rendre sous condition. Kerenski lui a répondu qu'il devait se rendre sans condition.

Samedi 15 septembre

Sur le front au nord de l'Aisne, les Allemands ont exécuté au petit jour, contre nos positions du plateau des Casemates, un coup de main qu'ils avaient fait précéder d'un violent bombardement. Aprés un combat corps à corps, l'ennemi, qui avait essuyé des pertes sérieuses, a été rejeté dans ses lignes.
En Champagne, au cours d'une opération de détail, nous avons pénétré dans les tranchées allemandes, à l'ouest de la ferme de Navarin et fait des prisonniers.
Sur les deux rives de la Meuse, canonnade. Sur la rive droite, les Allemands ont attaqué les positions que nous avons récemment conquises au nord du bois des Caurières. Sur un front de 500 mètres, ils ont réussi à pénétrer dans notre ligne avancée, où le combat continue.
En Macédoine, deux reconnaissances ennemies ont été repoussées, laissant des prisonniers entre nos mains.
Action d'artillerie autour de Monastir. Le total de nos prisonniers à Pogradec est de 370. Nous avons capturé 5 canons, 8 mitrailleuses et plus de 1000 fusils.
Les Russes ont repris leur activité en Moldavie, où ils ont fait 400 prisonniers, et en Livonie, où ils se sont emparés de deux villages.
Le gouvernement américain, par une publication de documents, a prouvé que la diplomatie suédoise servait au Mexique les interêts allemands.

Dimanche 16 septembre

En Champagne, nous avons repoussé deux coups de main ennemis au nord de Prosnes.
Activité assez grande des deux artilleries dans les régions du Cornillet et du mont Blond. Nous avons exécuté avec succès un coup de main sur les tranchées allemandes de la région du mont Haut. Nous avons détruit un observatoire et de nombreux abris et ramené une dizaine de prisonniers.
En Argonne, une tentative de l'ennemi sur nos petits postes vers Boureuilles, à complètement échoué.
Sur la rive droite de la Meuse, après un vif combat, nous avons rejeté l'ennemi de la majeure partie des éléments de tranchée où il avait pénétré au nord du bois des Caurières.
Les Anglais ont légèrement amélioré leur position à l'est de Westhoeck. Un détachement ennemi a attaqué le terrain conquis par eux au nord-est de Saint-Julien. Ce détachement a été dispersé par un barrage d'artillerie.
Les Russes ont continué leurs progrès sur la route de Pskow à Riga et pris quatre villages.
Action d'artillerie de grande intensité dans le Trentin et dans les Alpes Juliennes. Les Italiens ont rectifié leur front dans la zone septentrionale du plateau de Bainsizza. Ils ont capturé des prisonniers. Sur le font du Carso, leurs aviateurs ont bombardé l'arrière des lignes ennemies en lançant trois tonnes de projectiles.

Lundi 17 septembre

Au nord-ouest de Reims, un fort coup de main ennemi sur nos postes de la région de Loivre a échoué sous nos feux.
Sur le front de l'Aisne, grande activité des deux artilleries dans la région Braye-Cerny.
Sur la rive droite de la Meuse, les Allemands ont prononcé une nouvelle attaque sur nos positions au nord du bois des Caurières. Nos feux, déclanchés avec précision, ont contraint les assaillants à refluer vers leurs tranchées de départ.
Sur la rive gauche, vive lutte d'artillerie dans la région du Mort-Homme.
A la suite d'un raid exécuté avec succès à l'ouest de Cherisy, les troupes britanniques ont exécuté dans la même région un coup de main qui leur a permis de pénétrer dans les positions allemandes jusqu'à la lisière ouest de Cherisy. Un certain nombre de prisonniers et deux mitrailleuses sont tombés au mains de nos alliés. Ils ont repoussé un coup de main au nord de Lens et une contre-attaque au nord du bois d'Inverness.
Sur le plateau de Bainsizza, les Italiens ont progressé vers le bord sud-est, capturé 17 officiers et 400 hommes.
Les Russes ont repoussé des attaques sur la chaussée de Pskow. Kornilof s'est rendu au général Alexeief, qui l'a arrêté.

Mardi 18 septembre

Actions d'artilleries assez vives, notamment dans la région de la ferme Froidmond, à l'ouest de Craonne et dans le secteur de Massiges.
Après un violent bombardement, les Allemands ont prononcé une attaque sur nos positions de la forêt d'Appremont. Quelques fractions ennemies, qui avaient pris pied dans nos éléments avancés, en ont été rejetées après un vif combat. Notre ligne a été intégralement rétablie.
Un coup de main allemand a été repoussé dans le secteur du Rhône au Rhin; un autre au Violu, dans les Vosges.
Des régiments anglais et écossais ont exécuté avec succès des coups de main sur les positions allemandes, à l'est d'Epehy, aux abords de la voie ferrée Arras-Cambrai et au sud de Gavrelle. Ces opérations ont permis à nos alliés de ramener des prisonniers, de capturer des mitrailleuses et de faire sauter des abris.
Sur le front Italien, dans le val Giudicaria, de petits groupes ennemis ont été dispersés par la fusillade. Sur le plateau de Bainsizza, l'ennemi a tenté, par plusieurs contre-attaques successives, de réoccuper le terrain perdu. Nos alliés ont fait 75 prisonniers.
La flotte anglaise manifeste un regain d'activité dans la mer du Nord.
Kerenski a proclamé la république en Russie. Il a formé un Directoire exécutif de cinq membres.

Mercredi 19 septembre

Nous avons arrêté deux tentatives ennemies sur nos petits postes. L'un au sud-est de Saint-Quentin, l'autre dans la région des Bovettes. De notre côté, nous avons réussi des coups de main vers Etancourt et la ferme de la Royère.
Au sud de la Miette, à la suite d'un violent bombardement, des détachements ennemis ont abordé nos lignes vers la route de Neufchatel. Un vif combat s'est engagé dans nos éléments avancés d'où l'ennemi a été entièrement rejeté après avoir subi des pertes sensibles. Nous avons fait des prisonniers.
Sur la rive droite de la Meuse, grande activité des deux artilleries dans la région du bois des Fosses.
Sur le front britannique, rencontre de patrouilles dans le secteur d'Ypres.
On ne signale que des escarmouches sur le front italien.
Sur le front russe, calme dans la région de Riga. Au sud de Frederikstadt, nos alliés se sont, après combat, emparés d'un point fortifié au sud du village de Badeg et ils ont capturé une mitrailleuse.
Dans la vallée de la Susita, les Roumains, après une préparation d'artillerie, ont occupé un secteur de la position fortifiée ennemie. Ils ont repoussé une tentative allemande sur leurs positions de la région Panticu-Merechesti.
Le sous-secrétaire d'Etat allemand Haddenhausen a désavoué verbalement les menées du comte de Luxbourg à Buenos-Aires.

Jeudi 20 septembre

Les Allemands ont attaqué un saillant de nos lignes à l'ouest de la ferme Froidmond. Après un court et violent combat, nous avons rejeté l'ennemi d'un saillant de tranchée dans lequel il avait pris pied.
De notre côté, nous avons effectué un coup de main dans la région du Four-de-Paris, infligé des pertes à l'ennemi et ramené du matériel. Canonnade intermittente sur le reste du front, vive et soutenue en Champagne, dans la région de Souain et du Téton.
L'artillerie belge a exécuté de nombreux tirs sur les lignes de communications allemandes en représailles d'autres tirs exécutés par l'ennemi dans les secteurs belges. Lutte de bombes aux abords de Dixmude. Sur le front britannique, vive activité des deux artilleries dans le secteur d'Ypres. Les appareils d'artillerie ont continué leur travail en dépit des conditions atmosphériques très défavorables. Un avion allemand a dû atterrir, désemparé, mais deux avions anglais ne sont pas rentrés.
En Macédoine, canonnade dans la boucle de la Cerna et dans la région montagneuse, à l'est de cette rivière. Dans la région des lacs, un détachement français a pris une hauteur sur la rive ouest du lac d'Okrida. Une attaque bulgare a été repoussée à l'ouest du lac de Prespa.
Les Italiens ont fait 200 prisonniers dans le val Sugana.

 
 
 



Créer un site
Créer un site